Thèmes

homme vie image nuit prénom nuit

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· A connaitre:U.A.S (1)
· A N C -medias (5)
· Abdelwaheb abdallah-médias (13)
· AFFAIRE CHOKRI BELAID (9)
· Affaire du jet d'oeuf (3)
· Affaire Nawat (2)
· Affaire radio kalima (1)
· Affaire Sheraton (29)
· Affaire slim chiboub (12)
· AFFAIRE ZIED EL HENI (12)
· Agression de journalistes (17)
· Al hiwar attounissi / Tahar ben Hassine (3)
· ALHIWAR ETTOUNISSI / TAHAR BELHSINE (1)
· Aljazeera (19)
· Anonymous (1)
· Articles Mohamed Hamdane (1)
· Assabah (29)
· Atce (17)
· Audience médias (4)
· Audiovisuel-cinema-tv (106)
· AYOUB MESSAOUDI (4)
· Beji caid essebsi- medias (22)
· Ben ali- médias (43)
· Blogs - blogueurs (45)
· Censure (53)
· Cinema (41)
· Combat pour la liberté (7)
· Communication-entreprise-organisation (26)
· CONSTITUANTE - MEDIAS (7)
· Dar al Anwar (3)
· Deontologie (22)
· Dérapage déontologique (1)
· Dilou samir- medias (3)
· Droit de reponse (45)
· Edition- livre (1)
· Elections- medias (27)
· Ennahdha- médias (40)
· EXCLUSIF-BLA BLA DE CANDIDE (3)
· Facebook (31)
· Formation et recyclage (14)
· HAICA (5)
· Hannibal tv (29)
· Instance de l'information (56)
· Journalistes (90)
· La Presse- Essahafa (19)
· Liberté d'expression (75)
· Listes noires (1)
· Livres (41)
· Lotfi messaoudi (13)
· LOTFI ZITOUN (15)
· Medias pouvoir (130)
· Medias sociaux (8)
· Medias- relations internationales (46)
· Nessma tv (54)
· Pages facebook-médias (9)
· Patrons de médias (26)
· Paysage mediatique (9)
· Polemiques (12)
· Portrait- journalistes (24)
· Poursuites judiciaires (90)
· Presse (88)
· Public (40)
· Publicité (28)
· Radio (95)
· Rajhi- médias (17)
· Reforme juridique et institutionnelle (60)
· Reporters sans frontieres (1)
· Salafistes- medias (3)
· Semi fehri - catus -attunissyia (109)
· Sihem ben sedrine -kalima (10)
· Sites internet (22)
· Slim amamou-medias (2)
· Snjt (75)
· Television tunisienne publique (111)
· Tic internet reseaux sociaux (58)
· Tourisme- medias (1)
· Tunis afrique presse (13)
· Zitouna tv (1)

Rechercher
Derniers commentaires

bonjour je m'appelle david brock je suis de nationalité française. un jour, lors des recherches sur l’inter
Par david, le 08.09.2014

mais ce gladiateur huile au sens propre comme au sens figure du mot n a t il pas glisser d entre les articles
Par YOUNSI NEJIB, le 24.07.2014

moi je cherche le numero de la canale nessma elkhadra tout simplement le numero de telephonne
Par lahdoumibechir, le 21.05.2014

votre titre est trompeur. a s'en tenir au titre et au premier paragraphe, on croirait que c'est encore une att
Par Anonyme, le 14.10.2013

attounisia lil bhayemhttp://l ol.centerblog. net
Par caymera, le 01.09.2013

Voir plus

Articles les plus lus

· attounissia -semi fehri
· television tunisienne - monographie
· almasdar-nouveau journal electronique
· le journal islamiste alfajr reparait
· sami fehri -chaine attounissya

· choufli hal --
· démarrage de la chaine al hiwar le 19 septembre
· pétition pour des médias libres
· attounisiya
· aljazeera-bureau à tunis
· borhane bsaies sur hannibal tv?
· blog nawat.org
· une émission tv salissant ben ali et la tunisie
· sofiene ben hmida contesté
· sami fehri- mauvais scenarios

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Statistiques

Date de création : 18.03.2011
Dernière mise à jour : 10.12.2013
2252articles


rajhileaks

Publié le 13/05/2011 à 22:40 par observatoire-medias-tunisiens Tags : image nuit prénom

 Fhimt.com MEDIA SOCIAL CITOYEN FI TOUNES

05/07/2011 |7 Commentaires

Rajhileaks : Un obus sur la Tunisie
Rajhileaks : Un obus sur la Tunisie

Le web tunisien est en effervescence après la diffusion, dans la nuit du 4 au 5 mai, de quelques extraits d’une interview de l’ancien ministre de l’intérieur du gouvernement transitoire tunisien, Farhat Rajhi.

Magistrat inconnu du grand public avant sa nomination, Farhat Rajhi a gagné une forte popularité auprès des internautes tunisiens, notamment grâce à son style décontracté et à son franc parler. Les Tunisiens lui ont très vite accordé leur confiance ce qui les a plongé dans l’incompréhension la plus totale le jour de son limogeage, deux mois à peine après sa nomination, limogeage resté jusqu’à ce jour sans justification.

Pour les internautes, cette série de vidéos a véritablement fait l’effet d’une bombe. On y voit Farhat Rajhi, à son bureau, commentant différents sujets sensibles liés à la révolution tunisienne et au gouvernement transitoire, se risquant même à quelques révélations fracassantes.

Il accuse par exemple le Général Rachid Ammar, l’homme qui s’est opposé à Ben Ali en refusant que l’armée tire sur les civils tunisiens, d’être à la solde des Etat Unis et de préparer un coup d’Etat militaire pour confisquer le pouvoir si les élections sont défavorables à l’ancien clan au pouvoir. Il explique ainsi les déplacements à l’étranger du général Ammar, notamment au Qatar : ils auraient pour but d’organiser ce coup d’état militaire, avec l’aide de Ben Ali, et de forces américaines et internationales.

Rajhi évoque également la possible existence d’une gouvernance de l’ombre représentée en la personne de Kamel Ltaeif, ancien ami et fidèle allié de Ben Ali sous Bourguiba, mais qui a depuis fait les frais des caprices et du courroux de Leila Trabelsi en s’opposant notamment à son mariage avec Ben Ali. Kamel Ltaeif serait, pour Rajhi, le véritable décideur manipulant le gouvernement. Rajhi détaille une anecdote selon laquelle Kamel Ltaeif aurait cherché à le rencontrer, usant d’un intermédiaire au sein du gouvernement, conseiller et ami de Farhat Rajhi. Une invitation qu’il a déclinée de peur de tomber dans un piège machiavélique.

Bien d’autres sujets sont abordés au cours de cette interview, dans laquelle Rajhi n’a pas manqué de revenir sur son limogeage. Autant d’éléments qui ont contribué à faire un véritable Buzz obligeant différents responsables politiques à réagir en catastrophe. Kamel Ltaeif, en particulier, qui lors d’une intervention fiévreuse sur les ondes d’une radio tunisienne a traité Farhat Rajhi de soûlard, d’incapable et d’irresponsable, l’accusant de haute trahison et promettant des actions en justices et des sanctions. De nombreuses personnes, journalistes et internautes, ont également fermement condamné les propos tenus par Farhat Rajhi, y voyant une tentative de jeter le discrédit sur le gouvernement transitoire en guise de vengeance suite à son éviction du poste de ministre de l’intérieur, et cherchant à inciter le peuple à la violence.

Devant un tel tollé, Farhat Rajhi est intervenu à plusieurs reprises dans différents médias tunisiens, pour tenter de désamorcer le conflit, revenant sans en avoir l’air sur une grande partie de ses paroles. Il a tout d’abord accusé les journalistes de l’avoir piégé, insistant sur le fait de n’avoir jamais donné l’autorisation qu’on enregistre et diffuse cette vidéo et avoir même demandé à ce que certaines de ses déclarations restent «off the record». Il a également regretté les réactions démesurées provoquées par la publication de ces vidéos, affirmant que les propos tenus n’engagent que lui et qu’il ne s’agissait aucunement d’accusations diffamatoires, mais de l’expression de ses sentiments et de ses impressions de citoyen. Il a également invoqué le droit à la liberté d’expression, rappelant qu’il est actuellement à la tête du Comité supérieur des droits de l’homme et des libertés fondamentales, ce qui en fait un fervent défenseur des droits humains et des libertés individuelles. Enfin, il a, à de nombreuses reprises, déploré les accusations de haute trahison, punie de la peine capitale en Tunisie, dirigées contre lui, les estimant déplacées et disproportionnées.

Cette rétractation tranche totalement avec ses premières déclarations, où Rajhi assumait pleinement le contenu des vidéos et confirmait avoir donné l’autorisation aux journalistes de le filmer et de diffuser l’interview. S’ajoute à ce décalage, un communiqué de presse diffusé quelques heures après le buzz par un journal en ligne tunisien, déclarant que les vidéos diffusées sur Facebook avaient été volées sur leur réseau informatique avec la complicité de la journaliste qui a mené l’interview. Cette même journaliste qui a également commenté le buzz sur les ondes d’une radio tunisienne, a affirmé qu’il n’y avait rien d’obscur ou d’illégal concernant la diffusion de ces vidéos.

Il convient de relever un élément important dans ce festival de déclarations et de contre-déclarations : Kamel Ltaeif lors de son intervention avait déclaré n’avoir jamais connu ni Farhat Rajhi ni Ali Al-Haloui, le conseiller qui aurait servi d’intermédiaire pour arranger une rencontre entre Rajhi et Ltaeif. Or, Farhat Rajhi, à aucun moment durant son interview choc, ne mentionne le nom ou le prénom de cet individu. Kamel Ltaeif semble donc s’être trahi, laissant penser qu’au moins une partie des propos de Rajhid seraient exact.

Une cacophonie qui n’en finit pas de faire réagir les internautes, donnant matière à gloser aux uns et aux autres, entre théoriciens du complot avertis et citoyens assoiffés de paix et de calme.




DERNIERS ARTICLES :
ANNONCE DE LANCEMENT DE TELVZA TV
Telvza TV, naissance d’un projet médiatique participatif 9 10/12/2013 14:07 L’équipe de Telvza TV a tenu une conférence de presse, le 10 décembre 2013, pour présenter les
ANNONCE DE LANCEMENT DE TELVZA TV
Telvza TV, naissance d’un projet médiatique participatif 9 10/12/2013 14:07 L’équipe de Telvza TV a tenu une conférence de presse, le 10 décembre 2013, pour présenter les
E SNJT CONDAMNE LE LIVRE NOIR
Le syndicat des journalistes condamne le ‘‘Livre noir’’ de la présidence 1 décembre 2013 à 12:48   // <!CDATA !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s
E SNJT CONDAMNE LE LIVRE NOIR
Le syndicat des journalistes condamne le ‘‘Livre noir’’ de la présidence 1 décembre 2013 à 12:48   // <!CDATA !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s
DEMISSIONS A TELVZA TV
 Démissions en cascade à la rédaction de Telvza TV 3 décembre 2013 à 11:26   // <!CDATA !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)0;if(!d.getElementByI