Thèmes

actualité affiche afrique amis annonce article background belle blog bonne cadre cadres

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· A connaitre:U.A.S (1)
· A N C -medias (5)
· Abdelwaheb abdallah-médias (13)
· AFFAIRE CHOKRI BELAID (9)
· Affaire du jet d'oeuf (3)
· Affaire Nawat (2)
· Affaire radio kalima (1)
· Affaire Sheraton (29)
· Affaire slim chiboub (12)
· AFFAIRE ZIED EL HENI (12)
· Agression de journalistes (17)
· Al hiwar attounissi / Tahar ben Hassine (3)
· ALHIWAR ETTOUNISSI / TAHAR BELHSINE (1)
· Aljazeera (19)
· Anonymous (1)
· Articles Mohamed Hamdane (1)
· Assabah (29)
· Atce (17)
· Audience médias (4)
· Audiovisuel-cinema-tv (106)
· AYOUB MESSAOUDI (4)
· Beji caid essebsi- medias (22)
· Ben ali- médias (43)
· Blogs - blogueurs (45)
· Censure (53)
· Cinema (41)
· Combat pour la liberté (7)
· Communication-entreprise-organisation (26)
· CONSTITUANTE - MEDIAS (7)
· Dar al Anwar (3)
· Deontologie (22)
· Dérapage déontologique (1)
· Dilou samir- medias (3)
· Droit de reponse (45)
· Edition- livre (1)
· Elections- medias (27)
· Ennahdha- médias (40)
· EXCLUSIF-BLA BLA DE CANDIDE (3)
· Facebook (31)
· Formation et recyclage (14)
· HAICA (5)
· Hannibal tv (29)
· Instance de l'information (56)
· Journalistes (90)
· La Presse- Essahafa (19)
· Liberté d'expression (75)
· Listes noires (1)
· Livres (41)
· Lotfi messaoudi (13)
· LOTFI ZITOUN (15)
· Medias pouvoir (130)
· Medias sociaux (8)
· Medias- relations internationales (46)
· Nessma tv (54)
· Pages facebook-médias (9)
· Patrons de médias (26)
· Paysage mediatique (9)
· Polemiques (12)
· Portrait- journalistes (24)
· Poursuites judiciaires (90)
· Presse (88)
· Public (40)
· Publicité (28)
· Radio (95)
· Rajhi- médias (17)
· Reforme juridique et institutionnelle (60)
· Reporters sans frontieres (1)
· Salafistes- medias (3)
· Semi fehri - catus -attunissyia (109)
· Sihem ben sedrine -kalima (10)
· Sites internet (22)
· Slim amamou-medias (2)
· Snjt (75)
· Television tunisienne publique (111)
· Tic internet reseaux sociaux (58)
· Tourisme- medias (1)
· Tunis afrique presse (13)
· Zitouna tv (1)

Rechercher
Derniers commentaires

bonjour je m'appelle david brock je suis de nationalité française. un jour, lors des recherches sur l’inter
Par david, le 08.09.2014

mais ce gladiateur huile au sens propre comme au sens figure du mot n a t il pas glisser d entre les articles
Par YOUNSI NEJIB, le 24.07.2014

moi je cherche le numero de la canale nessma elkhadra tout simplement le numero de telephonne
Par lahdoumibechir, le 21.05.2014

votre titre est trompeur. a s'en tenir au titre et au premier paragraphe, on croirait que c'est encore une att
Par Anonyme, le 14.10.2013

attounisia lil bhayemhttp://l ol.centerblog. net
Par caymera, le 01.09.2013

Voir plus

Articles les plus lus

· attounissia -semi fehri
· television tunisienne - monographie
· almasdar-nouveau journal electronique
· le journal islamiste alfajr reparait
· sami fehri -chaine attounissya

· choufli hal --
· démarrage de la chaine al hiwar le 19 septembre
· pétition pour des médias libres
· attounisiya
· aljazeera-bureau à tunis
· borhane bsaies sur hannibal tv?
· blog nawat.org
· une émission tv salissant ben ali et la tunisie
· sofiene ben hmida contesté
· sami fehri- mauvais scenarios

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· mohamed-hamdane-medias-tn
· droit-tunisie-revolution


Statistiques

Date de création : 18.03.2011
Dernière mise à jour : 10.12.2013
2252articles


blogs - blogueurs

Prix Minerva à Lina ben Mhenni

Publié le 02/12/2012 à 14:40 par observatoire-medias-tunisiens Tags : homme femmes
La blogueuse Lina Ben Mhenni reçoit à Rome le prix "Minerva"
TAP Publié dans TAP le 27 - 11 - 2012


Tweet
Share
TUNIS (TAP) - La blogueuse tunisienne Lina Ben Mhenni a reçu, mardi, à Rome (Italie), le prix "Minerva", éminente distinction remise par l'association italienne "Club delle donne" (Club des femmes).
Ce prix vient récompenser le "militantisme politique de Lina Ben M'henni, son engagement en faveur de la défense des droits de l'Homme et sa précieuse contribution au printemps arabe", à travers ses écrits critiques et sa couverture des évènements en Tunisie, a déclaré à l'Agence TAP, le père de la récipiendaire du prix Sadok Ben M'henni...

Lina ben Mhenni candidate au prix de la paix

Publié le 18/11/2012 à 17:35 par observatoire-medias-tunisiens

  Lina Ben Mhenni, encore une fois candidate pour un prix de la paix
Publié par Jasmin le 16 novembre 2012 à 8:50

La blogueuse et activiste tunisienne Lina Ben Mhenni a été nominée pour le prix Sean McBride, du Bureau international de la paix .

... Le bureau international de la paix a en effet choisi deux femmes du monde arabe pour ce prix, Dr Nawal Saadawi, figure de proue du féminisme en Égypte et dans le monde arabe, et Lina Ben Mhenni, jeune blogueuse et activiste tunisienne.

Le site du Bureau rapporte que les deux candidates ont été choisies parce que "elles ont toutes les deux montré un grand courage et apporté des contributions substantielles à ce qui est connu comme le Printemps arabe".

La cérémonie de remise des prix aura lieu à la veille de la conférence annuelle du BIP, vendredi 16 novembre, à 18 heures, à LWoodlock Hall, All Hallows College.

Notons que chaque année, le BIP décerne un prix spécial à une personne ou une organisation qui a fait un travail remarquable pour la paix, le désarmement et/ou des droits de l'homme.

Le Bureau international de la paix (BIP) est la plus ancienne organisation internationale pour la paix. Elle fut fondée en 1891 et récompensée par le Prix Nobel de la paix en 1910.

ben brik s'attaque au site Nawaat.org

Publié le 14/11/2012 à 23:56 par observatoire-medias-tunisiens Tags : moi monde bonne homme amis france nuit chien texte pensée cul chiens

 


Par Taoufik Ben Brik

Je ne lis pas grand-chose, je n’ai pas le temps. Trop de temps perdu  déjà en tant de bêtises. Je n’ai pas le temps, il faut que je lise mes amis, mes classiques. Mais on me presse adjure. Il faut que je lise absolument, parait-il, une sorte de cafouillage : Dirrasat tafkik ihssaii lichabaket Kamel Letaief(Nawaat.org, 12  novembre 2012).

Irréprochable ? Non, ce bout de n’importe quoi publié en fanfare par un dénommé « rédaction » sans visage, dans l’anonymat noir des actes honteux ? Et tellement vrai qu’il y a des camemberts et des montagnes en diagrammes de toutes les couleurs pour faire vraisemblable. 

Le lecteur est pris d’une irrésistible envie de se pincer, ou de penser que, comme une nouvelle fantasmagorique, cette Tunisie, tout en noir policier, n’est qu’une ruse du diable qui reprendra très vite ses droits. L’affaire est close qu’on peut s’atteler à autre chose ?! Non. Corvée de matelot : je parcours ce long devoir, jette un œil, ce n’est ni mauvais, ni mauvais, ce n’est rien. Coquille vide, du bluff. Pas de mérou, la habra. Que les arêtes et les os. Une écriture de  ‘Lamanièredeux’.

Ce petit dénommé « rédaction » joue au Condor. Cet agent de la CIA, qui lit et analyse tout ce qui lui tombe sous les yeux, dépêches, communiqués, rapports, textos… Bien sûr, comme le Condor, notre dénommé « rédaction » de Nawaat.org nous fait croire que le monde est fait de bien autre chose que de ces apparences, que les miroirs sont parfois teints et, parfois, à deux faces et que les masques cachent d’autres masques, à l’infini.

Il lit tout, ne jette rien : courrier personnel, facture de téléphone, ordonnance médicale… Il cherche la faille, comme on dit. Il traque le faux pas. Tous suspects, chaque geste est compromettant, chasse à l’insoumission. Car nulle bravade n’est innocente au pays de la suspicion totale. Un fabulateur qui crée des histoires fantasmagoriques et divertissantes (le mythe Kamel Letaief) pour faire diversion, lancer de mauvaises pistes et détourner l’attention. Pour désamorcer la colère qui gronde, elle distille de faux semblants, des demi vérités et l’INSINUATION, sœur de la perfidie : étaler la liste des personnes ayant un fil Kamel Letaief (TBB, R. Nasraoui, K. jendoubi, K. Laâbidi…), les K du procès de Kafka.

Nawaat.org (drôle de sigle) est loin d’être un Condor, un agent. Dans le cas de l’affaire Letaief, elle fait figure de commis, d’auxiliaire, de mouchard, de kawad, sabbeb, qafef... Un policier a refilé à son chien policier un os. Il joue avec.

André Malraux, préfaçant le Sanctuaire de William Faulkner décrit à merveille : « on sait fort bien que les détectives n’existent pas ; que la police ne relève ni de la psychologie ni de la perspicacité, mais de la délation ; et que ce n’est pas point Moustachu ni Tapinois, modestes penseurs du quai des Orfèvres qui font prendre le meurtrier en fuite, mais la police garnie ; car il suffit de lire les mémoires de chef de police pour voir que l’illumination psychologique n’est pas le fort de ces personnes, et qu’une « bonne police » est une police qui a su mieux qu’une autre organiser ses indicateurs. »

Que cherche Nawaat.org à insuffler en étalant les téléphones de part et d’autre ? Qu’on est malpropre, corrompu, soudoyé, vendu, manipulé et manipulateur ? Où sont les preuves ? Produisez le contenu de vos écoutes téléphoniques, cherchez la tâche, cherchez la faille ! Que des effets d’annonces mesquines. Sournoiserie. Feintez, dribblez ! Combattez sans règles, sans honneur, sans parole donnée ! Cramponnez-vous dans les corps et les esprits par la veulerie, les coups bas, la fausse monnaie !

Sur les chiens de garde de votre acabit, Georges Orweil dans son 1984 dénonçait : « c’était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n’avaient pas d’importance. Seule comptait la police de la pensée. » Vous faites partie de cette clique qui, chaque jour, déploie des trésors d’ingéniosité pour créer le malaise et acculer les gens à tourner en rond. On propage des informations qui paraissent authentiques et trompeusement vraies.

Hélas Nawaat.org verse dans l’écoute policière. L’écoute qui a couté à Richard Nixon son royaume et à François Mitterrand sa réputation. Dans le cas des deux présidents, ce sont des journalistes, Edwy Plenel en France, Bob Woodward en USA qui ont percé l’affaire. En revanche, dans le « LetaiefGate », c’est la police de renseignements qui a fourgué la came à nos p’tites fouines.

J’allais vous étaler mes contacts douteux, prostituées, banquiers, généraux étoilés, gangsters et autres tueurs à gage, mais je me suis dit que vous n’allez pas dormir la nuit mes fifilles. Alors, allez au diable et ne vous perdez pas en route ! Vous avez pris plaisir à me déranger ? Et, bien regardez…je plonge votre tête dans les chiottes et je me délecte de mon dégoût. Vous vous croyez manipulateurs, je suis El Manipulator.

Comme Nawaat.org, j’en traine un certain nombre au cul de ces petites vermines du dimanche, nouvellement entretenues comme ces vieilles catins par Souros. Qu’y puis-je ? Etouffant, haineux, foireux, bien traitre, demi-ténias, ils  me font point d’honneur, je n’en parle jamais, c’est tout. Progéniture de l’ombre des ombres. Vivez sur mon dos comme des poux parmi les poux !

Décence Ben Brik ? Holà ! « Satanée petite saloperie gavée de merde, tu me sors de l’entre- fesses pour me salir au-dehors ! Anus Caïn pfoui. Que cherches-tu ? », toisait L.F Céline, le vénérable Jean Baptiste Sartre.
 
Problème, je n’ai pas devant moi Sartre pour cobra, je n’ai que Nawaat.org pour adversaire. Et je ne suis pas Céline. Dans mon cul, où il se trouve, Nawaat.org ne peut pas péter clair.

Je vous vois bien ténia, certes mais pas cobra, pas cobra du tout…Nul à la flûte, Macbeth n’est que du Grand-Guignol, et des mauvais jours, sans musiques, sans rêves… Vous êtes méchant, sale, ingrat, haineux et bourrique. Je vous vois déjà hors de fiente, déjà presque une petite merde ! Sacré Nawaat.org. Demain, je boirai un coup (sans fil) avec K. Letaief,  avant de descendre un homme à Rio.

 P.S : Vu la polémique créée de toutes pièces  par certaines âmes, non habituées à ce style, et qui accusent TBB de plagiat, il aurait fallu préciser que certains passages sont de la parodie de Céline à qui l'auteur a clairement rendu hommage dans son texte. Ces passages sont désormais en italique, pour ces minorités qui ne l'ont pas compris...

le site Nawat piraté

Publié le 14/11/2012 à 23:44 par observatoire-medias-tunisiens Tags : article

 

Le site de Nawaat subit une cyber-attaque
publié le 13/11/2012
Envoyer à un ami

Le site de Nawaat aurait été la cible à une cyber-attaque. 

Envoyez cet article à votre ami(e) :

Le site de Nawaat subit une cyber-attaque

Selon un tweet posté sur son compte Twitter, Nawaat aurait été piraté. Cette attaque vient suite à la publication d'un dossier concernant l’homme d’affaire Kamel Eltaief. 

enregistrement audio essebsi-jbali sur nawat

Publié le 22/10/2012 à 00:46 par observatoire-medias-tunisiens

Nawaat publie l’enregistrement audio d’une conversation privée entre Caied Essebsi et Jebali

© tekiano.com | Jeudi, 18 Octobre 2012 17:06| Mots clés : béji caied essebsi bce hamadi jebali enregistrement privé vidéo tunisie nawaat nesma karoui

 

bce-jebali-video-181012Alors que le parti de Béji Caied Essebsi (Nida Tounes) et celui de Hamadi Jebali (Ennahdha) sont devenus de véritables ennemis aujourd'hui, un enregistrement audio d'une discussion privée entre les deux hommes dévoile que dix mois plus tôt, les deux leaders s'entendaient bien.

Qualifié d' «une bombe» par certains internautes, l'enregistrement audio d'une conversation privée entre Béji Caied Essebsi et Hamadi Jebali, mise en ligne aujourd'hui par le site Nawaat, a défrayé la chronique. Datée du 26 décembre 2011, la discussion entre les deux hommes se déroulait lors de la passation du pouvoir. Hamadi Jebali demandait des conseils à son prédécesseur sur les différents dossiers qui l'attendent, et n'hésite pas à lui dire « Vous êtes notre grand frère ».

Béji Caeid Essebsi explique les rouages de l'Etat à son successeur. Et s'il est pour le renfort des relations avec le Qatar, il conseille Jebali d'éviter l'Arabie Saoudite et l'informe que le Prince Nayef s'est intervenu pour demander la libération de l'ancien conseiller de Ben Ali, Abdeallah Kallel.

Concernant l'affaire de Nesma, BCE avertit Jebali que cette histoire risque de leur nuire car sanctionner Nabil Karoui pour la diffusion de Persepolis, alors que des « criminels » n'ont pas été arrêtés, n'est pas bon pour l'image du pays, surtout que Nabil Karoui est «soutenu à l'étranger». Pour les Salafistes, il lui dit qu'il faut s'en occuper en lui rappelant que les salafistes associés à d'Ennahdha même si «ce n'est pas vrai».

Hamadi Jebali semble écouter avec intérêt ce qui lui disait Béji Caeid Essebsi et le fil de la discussion donnait l'impression que les deux hommes étaient d'accord sur plusieurs points. D'ailleurs Hamadi Jeabli affirmait «Je ne vais pas effectuer de grands changements».

Moncef Marzouki n'a pas manqué à la discussion. Béji Caied Essebsi déplorait ses déclarations qui n'étaient pas politiquement correctes par rapport à la France, soulignant l'importance des relations bilatérales entre les deux pays. C'est alors que Jebali lui donne raison et lui dit que Marzouki ne dispose pas de prérogatives pour le faire. «Ni déclarations, ni actions» précisait-il.

Qui est à l'origine de cette vidéo ? Pourquoi la publier maintenant ? Comment elle va être interprétée par les deux camps qui s'affrontent aujourd'hui ? Et à qui elle profite ? Tant de questions restent encore en suspens.

sofiene chourabi arreté

Publié le 15/08/2012 à 03:29 par observatoire-medias-tunisiens Tags : affiche

Tunisie – Sofiance Chourabi raconte son arrestation

Envoyer cette page  

Libéré aujourd’hui, après avoir été entendu par le procureur de la République du Tribunal de première instance de Nabeul, le journaliste Sofiane Chourabi donne sa version des faits sur ce qui s’est passé dans la soirée du dimanche 5 août 2012 et dénonce « les lois floues et équivoques » basées sur l’atteinte aux bonnes mœurs et le trouble à l’ordre public ainsi que le danger qui menace les libertés individuelles et appelle à militer pour un changement.

Selon ses déclarations, Sofiane Chourabi, ainsi que le journaliste Yassine Jelassi et une amie à eux auraient été surpris dans une tente qu’ils ont installée sur une page à Kelibia, alors qu’ils étaient en train de dormir. Les policiers, qui se sont introduits dans la tente, l’ont perquisitionnée et ont arrêté les trois jeunes gens. Une version qui contredit la version du ministère de l’Intérieur qui affirme que les deux journalistes ont été arrêtés en train de consommer de l’alcool dans un lieu public.

Me Leila Ben Debba, avocate de Sofiane Chourabi déclare que l’arrestation n’aurait pu être justifiée que par un flagrant délit de consommation d’alcool, ce qui n’était visiblement pas le cas, et que l’arrestation a eu lieu sur la base d’un « coup de fil d’un indicateur » qui aurait informé la police que des personnes étaient en train de consommer des boissons alcoolisées sur la plage. Les agents de police se sont introduits dans la tente, juridiquement considérée comme un lieu privé, selon l’avocate, ce qui nécessitait, par voie de conséquence, une autorisation du ministère public.

leena ben mhenni agressée

Publié le 15/08/2012 à 03:26 par observatoire-medias-tunisiens Tags : blog moi homme amis jeune affiche actrice

Leena Ben M’henni donne sa version de son agression

Envoyer cette page  

Sur son blog personnel, la militante Leena Ben M’henni apporte sa version concernant son agression sur l’avenue Habib Bourguiba, le dimanche 5 août, et raconte comment elle a été « tabassée, son sac volé et ses vêtements déchirés » par une « douzaine de barbouzes », dont elle affirme reconnaître certains visages.

Dans sa version des faits, Leena Ben M’henni affirme avoir assisté à un « rassemblement pacifiste dénonçant les défaillances du gouvernement en place », accompagnée de certains de ses amis, dont Rym El Benna, Abdessalem Hamdi et Slim Amamou. Alors qu’ils étaient attablés au café « L’Univers », sur l’avenue Habib Bourguiba, une scène « hallucinante » s’est produite : « des policiers occupaient des tables voisines, d'autres en tenue de " Combat" étaient sur le terre-plein central de l'Avenue. Nous avons appris que les flics ont chassé des gens qui occupaient les escaliers du Théâtre Municipal ».

Au début du rassemblement devant le théâtre municipal, vers 21h30, les manifestants ont été rapidement dispersés par les policiers qui prétextaient l’état d’urgence, selon ses dires. Leena Ben M’henni affirme avoir reçu, ainsi que son amie et actrice, Rym El Benna, un coup sur la tête alors qu’elles s’avançaient dans la direction du ministère de l'Intérieur.

Leena Ben M’henni raconte, ensuite, comment dans une des rues perpendiculaires à l’avenue, un «barbouze qu’elle connait très bien l'a saisie par le bras et l'a éloignée du groupe d'amis avec qui elle était». Un groupe plus important de policiers a alors rejoint le premier.

« Ils s’acharnaient tous pour me prendre mon sac à dos mais j'ai résisté. En effet, l'un d'eux me tenait par le cou, deux autres essayaient de m’arracher le sac, et les autres se mettaient à me tabasser et à me déchirer les vêtements... J'ai reçu des coups un peu partout ... Un jeune homme est venu me libérer de leur enfer : laissez là pour moi et il m'a poussé violemment en me demandant de m'enfuir, de courir ... ».

la blogueuse amira yahiaoui récompensée

Publié le 17/06/2012 à 23:58 par observatoire-medias-tunisiens Tags : monde homme création femmes travail news

Amira Yahyaoui, 27 ans, militante et bloggeuse tunisienne, vient d’être récompensée, aujourd’hui samedi 9 juin 2012, par le prestigieux « Global Leadership Award », lors d’une cérémonie organisée au centre John F. Kennedy pour les arts de la scène, à Washington.

 

Créés depuis 2002, les « Global Leadership Awards » sont une distinction célébrant, à travers le monde, les « femmes leaders », reconnues pour leur travail en faveur de la démocratie, de la croissance économique et de la protection des droits de l’Homme.

 

A côté de 8 autres lauréates, Amira Yahyaoui a été récompensée, dans la catégorie « femmes ayant transformé l’Afrique du Nord et le Moyen Orient », pour « son travail en tant que bloggeuse et son militantisme contre la censure ». Mais aussi pour « la création de la première ONG à surveiller l’Assemblée Constituante et ses rapports sur ??les violations des droits de l'homme ».

business news

suspension de la greve du blogueur bettibi

Publié le 17/06/2012 à 23:30 par observatoire-medias-tunisiens Tags : chez création

Affaire Ramzi Bettibi : Suspension de la grève de la faim, poursuite de la mobilisation

© tekiano.com | Lundi, 11 Juin 2012 08:30| Mots clés : ramzi bettibi nawaat militaire armée procès martyrs grève de la faim azyz amami liberté de la presse

 

Lors d'une conférence de presse tenue ce lundi 11 juin au siège de Nawaat à Tunis, Ramzi Bettibi, Houssem Hajlaoui, Emine Mtira et Azyz Amami ont annoncé la suspension de leur grève de la faim. Leur mobilisation continue.

bettibi-nawaat-140Une conférence de presse s'est déroulée aujourd'hui au siège de Nawaat à Tunis, au cours de la quelle les grévistes de la faim Ramzi Bettibi, Houssem Hajlaoui, Emine Mtira et Azyz Amami ont annoncé la suspension de leur grève.

Ramzi Bettibi, journaliste chez Nawaat, en grève de la faim sauvage depuis le 28 mai suite à la saisie de sa caméra lors du procès des martyrs de Kasserine et Thala, a déclaré «Nous maintenons nos revendications et nous suspendons notre grève de la faim, je dis bien 'suspendons' ». Le blogueur et cyber activiste Azyz Amami, en grève de la faim depuis mardi 5 juin a affirmé être « en confrontation ouverte avec tous les ennemis de la vérité ».

Lors de cette même conférence de presse, Ramzi Bettibi a affirmé que sa caméra a été rendue via la Présidence de la République mais qu'il ne s'agit pas d'une affaire de caméra, «il s'agit d'une remise sur les railles du processus révolutionnaire » souligne-t-il en demandant de rompre avec « la confidentialité dans laquelle se déroulent les procès militaires. »

Les grévistes de la faim suspendent la grèvent mais maintiennent leurs revendications publiées dans un communiqué de presse rendu public dimanche 10 juin exigeant :

- L'activation du décret-loi n°41 du 26 mai 2011 modifié et complété par le décret-loi n°54 du 11 juin 2011 relatif à l'accès aux documents administratifs des organismes publics.

- La concrétisation effective du caractère publique du déroulement des procès avec leur transmission directe sur une chaine nationale publique.

- La création d'une structure judiciaire spécialisée et indépendante pour la prise en charge de ces procès historiques.

fin du combat du blogueur bettibi

Publié le 17/06/2012 à 23:26 par observatoire-medias-tunisiens Tags : belle message mort annonce travail actualité

Tunisie : Ramzi Bettibi, la fin d’un combat médiatique

© tekiano.com | Mardi, 12 Juin 2012 10:24| Mots clés : ramzi bettibi tunisie grève de la faim procès martyrs presse liberté militaire

 

«Soulagée», c'est le premier mot qu'a sorti Madame Saida Garrach, représentante de l'ATFD, lorsque Ramzi Bettibi a annoncé qu'il arrêtait sa grève de la faim avec ses compagnons. Le combat est-il pour autant fini ?

nawaat-retibi-110612Une grève de la faim de 15 jours et un état de santé qui se détériorait peu à peu, Ramzi Bettibi, journaliste à Nawaat, a montré sa ténacité à défendre une cause : celle de la liberté d'expression. Lui, Emine M'tiraoui, Houssem Hajlaoui et le blogueur Azyz Amami ont souligné lors d'une conférence de presse le lundi 11 juin que leur cause avait été entendue et que leur grève de la faim était levée. L'idée de base était d'attirer les médias sur les vrais problèmes. Le slogan et la campagne «Gardez la caméra mais donnez-nous la vérité» semblent avoir eu raison des dernières résistances.

Lundi 11 juin, le local de Nawaat était plein à craquer. Les journalistes de la presse étrangère y compris la célèbre chaîne Al Jazeera ont aussi répondu présents. Pourtant, peu de caméras mise à part les deux petites de Ramzi, très vite confisquées par le tribunal étaient présentes aux procès du Kef tout comme lorsque le collectif des 25 avocats avait alerté de la situation d'un procès peu équitable le 9 mai au syndicat des journalistes. Peu médiatisé, l'appel a été suivi par la grève de la faim de Ramzi le 28 mai attirant de nouveau les médias sur une affaire qui ne cesse d'être oubliée. Quant aux autres grévistes comme Emine, ils se disent «fatigués» et «contents» de reprendre leur travail de journaliste. Plus qu'une simple question de transparence ou de défaillance judicaire, la grève a aussi été une mobilisation citoyenne et médiatique qui a finalement interpellé les principaux concernés : les politiques et le Ministère de la défense.

Face à la non-médiatisation d'une affaire qui devrait «concerner tous les tunisiens» comme le signalait le Parti Pirate dans un communiqué de soutien, les grévistes ont créé l'évènement et fait du procès une actualité pendant plus de deux semaines. Une actualité qui serait certainement retombée quelques jours après l'annonce de la peine de mort requise contre Ben Ali. En effet, il a fallu près de 10 jours de grève pour que les élus du peuple, s'intéressent de nouveau à l'affaire des martyrs. Depuis la publication du rapport de Taoufik Bouderballa, la commission des blessés et des martyrs de la révolution n'avait pas vraiment commenté les procès du Kef ni ceux du Grand Tunis. Lors de la conférence de lundi, les députés étaient au premier rang, certains de la commission des martyrs de la révolution, d'autres par soutien comme Samir Ettaieb (Al Massar), Abderraouf Ayadi (CPR) ou encore Karima Souid (Ettakatol), oreilles grandes ouvertes assurant leur ralliement à la cause des grévistes. Leur présence a été en partie une des causes pour mettre fin à la grève de la faim : «Nous avons fait passer notre message» a déclaré Emine M'tiraoui. Le Ministre de la défense interviendra quant à lui le mercredi 13 juin au sein de la commission qui s'occupe des blessés et des martyrs de la révolution.

La grève sauvage pose la question du média comme contre-pouvoir. Le journaliste doit-il recourir à de tels moyens pour se faire entendre ?«Nous ne soutenons pas les grèves de la faim qui sont souvent des recours extrêmes et qui mettent en péril les militants».A déclaré Saida Garrach qui s'est montrée inquiète de la tournure que la grève a prise. Mais elle souligne un point intéressant, c'est vrai au fait, dans quel pays «démocratique», un journaliste s'est récemment mis en grève de la faim pour une cause ?

N'oublions pas que Ramzi, Emine et Houssem ont suspendu leurs activités journalistiques pendant 10 jours pour se mobiliser.Qui se souvient aujourd'hui que le journaliste Emine M'tiraoui avait été agressé et sa caméra cassée lors d'une confrontation avec un groupe à sa sortie du local du parti Ennahdha. Il n'a à ce jour, reçu aucun communiqué d'excuse comme promis par le parti en échange d'un certain étouffement de l'affaire, ni d'enquête sur l'inaction des policiers sur place lors de son agression.

Certes le sujet des martyrs n'est pas un sujet qui «fait vendre» comme on peut l'entendre dans le quotidien journalistique, trop d'émotion, trop de pathos, pas assez de grabuge ou de «scoop». Comme l'a montré la blogueuse Olfa Rihahi dans un billet intitulé «un journaliste massacré par un salafiste», les médias tombent depuis quelques jours dans la focalisation sur une réalité certes effrayante mais qui n'est pas la seule réalité à laquelle sont confrontés les Tunisiens. C'est aux médias qu'il appartient aussi en partie de faire l'actualité. A nous de trouver les moyens pour rendre le sujet plus vendeur, et montrer que les objectifs de la révolution se jouent au sein même de ces salles d'audience.

Face à un « Black-out médiatique » sur un procès historique, ce sont ainsi des journalistes et des blogueurs qui se sont emparés de la cause. C'est en cela que la grève de Ramzi et de ses collègues reste symbolique. Elle marque un retour au «journalisme engagé» qui est la marque de fabrique de Nawaat mais qui devrait rallier aussi d'autres journalistes tunisiens.Non, tous les journalistes ne devraient pas forcément faire une grève de la faim mais tous les journalistes ne devraient-ils pas suivre attentivement les prochains procès «historiques» et se battre pour leur transparence ? Le combat pour la vérité n'est pas l'apanage des rédacteurs de Nawaat seulement mais celui de tout journaliste digne de ce nom et ce combat n'est pas prêt d'être fini. Ramzi Bettaieb nous a donné à tous une belle leçon de journalisme.


DERNIERS ARTICLES :
ANNONCE DE LANCEMENT DE TELVZA TV
Telvza TV, naissance d’un projet médiatique participatif 9 10/12/2013 14:07 L’équipe de Telvza TV a tenu une conférence de presse, le 10 décembre 2013, pour présenter les
ANNONCE DE LANCEMENT DE TELVZA TV
Telvza TV, naissance d’un projet médiatique participatif 9 10/12/2013 14:07 L’équipe de Telvza TV a tenu une conférence de presse, le 10 décembre 2013, pour présenter les
E SNJT CONDAMNE LE LIVRE NOIR
Le syndicat des journalistes condamne le ‘‘Livre noir’’ de la présidence 1 décembre 2013 à 12:48   // <!CDATA !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s
E SNJT CONDAMNE LE LIVRE NOIR
Le syndicat des journalistes condamne le ‘‘Livre noir’’ de la présidence 1 décembre 2013 à 12:48   // <!CDATA !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s
DEMISSIONS A TELVZA TV
 Démissions en cascade à la rédaction de Telvza TV 3 décembre 2013 à 11:26   // <!CDATA !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)0;if(!d.getElementByI