Thèmes

actualité affiche afrique amis annonce article background belle blog bonne cadre cadres

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· A connaitre:U.A.S (1)
· A N C -medias (5)
· Abdelwaheb abdallah-médias (13)
· AFFAIRE CHOKRI BELAID (9)
· Affaire du jet d'oeuf (3)
· Affaire Nawat (2)
· Affaire radio kalima (1)
· Affaire Sheraton (29)
· Affaire slim chiboub (12)
· AFFAIRE ZIED EL HENI (12)
· Agression de journalistes (17)
· Al hiwar attounissi / Tahar ben Hassine (3)
· ALHIWAR ETTOUNISSI / TAHAR BELHSINE (1)
· Aljazeera (19)
· Anonymous (1)
· Articles Mohamed Hamdane (1)
· Assabah (29)
· Atce (17)
· Audience médias (4)
· Audiovisuel-cinema-tv (106)
· AYOUB MESSAOUDI (4)
· Beji caid essebsi- medias (22)
· Ben ali- médias (43)
· Blogs - blogueurs (45)
· Censure (53)
· Cinema (41)
· Combat pour la liberté (7)
· Communication-entreprise-organisation (26)
· CONSTITUANTE - MEDIAS (7)
· Dar al Anwar (3)
· Deontologie (22)
· Dérapage déontologique (1)
· Dilou samir- medias (3)
· Droit de reponse (45)
· Edition- livre (1)
· Elections- medias (27)
· Ennahdha- médias (40)
· EXCLUSIF-BLA BLA DE CANDIDE (3)
· Facebook (31)
· Formation et recyclage (14)
· HAICA (5)
· Hannibal tv (29)
· Instance de l'information (56)
· Journalistes (90)
· La Presse- Essahafa (19)
· Liberté d'expression (75)
· Listes noires (1)
· Livres (41)
· Lotfi messaoudi (13)
· LOTFI ZITOUN (15)
· Medias pouvoir (130)
· Medias sociaux (8)
· Medias- relations internationales (46)
· Nessma tv (54)
· Pages facebook-médias (9)
· Patrons de médias (26)
· Paysage mediatique (9)
· Polemiques (12)
· Portrait- journalistes (24)
· Poursuites judiciaires (90)
· Presse (88)
· Public (40)
· Publicité (28)
· Radio (95)
· Rajhi- médias (17)
· Reforme juridique et institutionnelle (60)
· Reporters sans frontieres (1)
· Salafistes- medias (3)
· Semi fehri - catus -attunissyia (109)
· Sihem ben sedrine -kalima (10)
· Sites internet (22)
· Slim amamou-medias (2)
· Snjt (75)
· Television tunisienne publique (111)
· Tic internet reseaux sociaux (58)
· Tourisme- medias (1)
· Tunis afrique presse (13)
· Zitouna tv (1)

Rechercher
Derniers commentaires

bonjour je m'appelle david brock je suis de nationalité française. un jour, lors des recherches sur l’inter
Par david, le 08.09.2014

mais ce gladiateur huile au sens propre comme au sens figure du mot n a t il pas glisser d entre les articles
Par YOUNSI NEJIB, le 24.07.2014

moi je cherche le numero de la canale nessma elkhadra tout simplement le numero de telephonne
Par lahdoumibechir, le 21.05.2014

votre titre est trompeur. a s'en tenir au titre et au premier paragraphe, on croirait que c'est encore une att
Par Anonyme, le 14.10.2013

attounisia lil bhayemhttp://l ol.centerblog. net
Par caymera, le 01.09.2013

Voir plus

Articles les plus lus

· attounissia -semi fehri
· television tunisienne - monographie
· almasdar-nouveau journal electronique
· le journal islamiste alfajr reparait
· sami fehri -chaine attounissya

· choufli hal --
· démarrage de la chaine al hiwar le 19 septembre
· pétition pour des médias libres
· attounisiya
· aljazeera-bureau à tunis
· borhane bsaies sur hannibal tv?
· blog nawat.org
· une émission tv salissant ben ali et la tunisie
· sofiene ben hmida contesté
· sami fehri- mauvais scenarios

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· mohamed-hamdane-medias-tn
· droit-tunisie-revolution


Statistiques

Date de création : 18.03.2011
Dernière mise à jour : 10.12.2013
2252articles


deontologie

Ala Chebbi auditionné par la HAICA

Publié le 26/11/2013 à 23:38 par observatoire-medias-tunisiens
Tunisie : Ala Chebbi auditionné par la HAICA Investir En Tunisie Publié dans Investir En Tunisie le 26 - 11 - 2013 L'animateur de l'émission « Andi Ma nkollek », Ala Chebbi, a été auditionné par la Haute instance indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA), suite à la diffusion du dernier épisode de l'émission vendredi 22 novembre 2013. Le journal « La Presse » rapporte, dans son édition du mardi 26 novembre, que la HAICA a été contactée par l'un des protagonistes de la dernière émission de Andi Ma nkollek. Il s'agit du père présumé d'un jeune homme qui revendiquait son droit à la filiation. Le père conteste les conditions durant lesquelles il a été filmé par l'équipe de l'émission. Cette procédure a été entamée par la HAICA conformément à l'article 5 du décret-loi 116.

démenti sur la presence du FBI à tunis

Publié le 15/11/2012 à 01:43 par observatoire-medias-tunisiens Tags : cadre

Le gouvernement met les points sur les ''i'' 0 Com(s) 04-11-2012 09:58:04

En réponse à l'information diffusée par Reuters et selon laquelle le gouvernement tunisien aurait permis à des agents du FBI d'interroger un tunisien suspecté dans l'attaque du consulat américain à Benghazi, le gouvernement tunisien a tenu à tirer les choses au clair. Selon le gouvernement, l'information a été publiée d'une façon à donner plus d'envergure politique à la question alors que cette permission a été accordée dans le cadre d'une coopération sécuritaire qui lie les deux pays dans le respect de l'intégrité et de l'indépendance de la Tunisie.

polémique samir ben amor du CPR et le Maghreb

Publié le 14/11/2012 à 23:31 par observatoire-medias-tunisiens Tags : moi background affiche

Samir Ben Amor persiste et signe dans son démenti du Maghreb

Intervenant sur les ondes de Mosaïque Fm, aujourd’hui, mercredi 14 novembre 2012, Samir Ben Amor, conseiller à la présidence de la République, député et dirigeant au CPR, revient sur l’interview accordée au « Maghreb », samedi 10 novembre, et accuse le journal d’avoir déformé ses propos. Face à l’enregistrement de cet entretien, auquel le journaliste de Mosaïque Fm le confronte, M. Ben Amor, accuse également ce dernier de déformer ses propos en « les sortant de leur contexte » et affirme que cet enregistrement « ne fait que confirmer que ses déclarations sont différentes de celles publiées par le journal ».

 

Selon les déclarations de Samir Ben Amor à Mosaïque Fm, ce dernier précise que la raison pour laquelle il a affirmé « ne pas avoir eu recours à une campagne électorale » est qu’il n’est « nullement intéressé par les postes de pouvoir », information qui aurait été, selon lui, occultée dans l’article du Maghreb.

 

Rappelons que dans l’enregistrement rendu public par « Le Maghreb », on entend bien Samir Ben Amor déclarer « j’ai payé cher le fait de ne pas avoir fait de campagne électorale » et ajouter « moi-même je n’ai pas eu recours à des milices, ni soudoyé des gens pour voter pour moi ou lancé une campagne sur Facebook pour gagner en popularité ». A la réponse de la journaliste qui lui a demandé « si certains membres du CPR ont eu recours à ce genre de pratiques », M. Ben Amor refuse de donner des noms, mais ne nie pas pour autant l’existence de telles pratiques au sein de son parti.

 

Aujourd’hui, l’homme politique affirme « s’être peut-être mal exprimé » et n’exclut pas la possibilité que « la journaliste ait mal compris ses propos ». Il a tenu à préciser qu’il n’existe pas de telles pratiques au sein du CPR, mais que ceci était possible dans d’autres partis, et déclare que des divergences d’opinions existent entre les membres du Congrès mais qu’il n’y avait pas de réels conflits et que ses propos n’ont pas entaché ses « bonnes relations » avec ses collègues.

medias et pedopholie

Publié le 15/10/2012 à 23:38 par observatoire-medias-tunisiens Tags : femme société
15/10/2012 | Mise à jour : 14:18
Tunisie - L’apologie de la pédophilie ou l’irresponsabilité de certains médias

alt

Lors d’une émission diffusée sur la chaîne Tounesna TV, nombreux sont les téléspectateurs tunisiens qui ont été éberlués de voir le dénommé Bahri Jelassi, fondateur du parti de l’Ouverture et de la Fidélité, faire l’apologie de la pédophilie et prétendre que l’âge idéal du mariage est de 13 ans, traitant au passage de tous les noms tous ceux qui défendent le Code du Statut Personnel et les droits de la femme.

Après avoir visualisé la vidéo, il me paraît évident que ce personnage atypique ne jouit apparemment pas de toutes ses facultés mentales et de ce fait, qu’il est superflu de le poursuivre en justice, comme cela est réclamé par de nombreuses personnalités de la Société Civile. |

Un tel personnage trouverait probablement mieux sa place dans un asile psychiatrique que dans une prison.

 

Par contre, il me semble important d’insister sur la responsabilité de la chaîne de télévision qui a invité un tel personnage et qui a privilégié le côté sensationnel et la recherche de l’audimat, au détriment de l’éthique journalistique et du respect des téléspectateurs tunisiens.
Selon certaines sources, ledit Bahri Jelassi aurait été auparavant invité par certaines chaînes radiophoniques, dans des émissions durant lesquelles il aurait tenu un discours semblable.
Les responsables de la chaîne Tounesna TV pourraient difficilement prétendre qu’ils n’étaient pas prévenus d’avance.
Même si la comparaison peut paraître exagérée, il y a lieu de signaler qu’une interview de la campagne du pédophile belge Marc Dutroux, sortie de prison après une longue incarcération de 15 années, a provoqué un véritable tollé en Belgique !

 

Aussi, il me paraît important que durant cette phase délicate pour la Tunisie, les médias fassent preuve d’un sens de la responsabilité et que nos journalistes s’abstiennent d’inviter des personnages au profil psychotique, dont les propos pourraient jeter encore plus le trouble dans l’esprit de nos concitoyens ou allumer le pays.

De même, les internautes tunisiens devraient s’abstenir de partager ce genre de vidéos, évitant ainsi de donner du crédit à des personnages qui ne le méritent pas.
La liberté d’expression chèrement acquise par les tunisiens est précieuse, il faudra savoir l’utiliser à bon escient !

 

Moez Ben Salem

medias et affaire de viol par des policiers

Publié le 06/10/2012 à 00:10 par observatoire-medias-tunisiens Tags : monde chez article femme france fille news element
Tunisie - Affaire de viol: Quand les médias se contredisent, quelle crédibilité pour l’info ?
© tekiano.com | Mardi, 02 Octobre 2012 17:31| Mots clés : viol fille crédibilité information médias

 

Mardi 2 octobre, la jeune fille, victime d'un viol commis par deux policiers, a comparu pour la seconde fois, devant le juge d'instruction au Tribunal de première instance à Tunis, pour répondre à l'accusation d'outrage public à la pudeur. Quelques heures plus tard, chaque média y va de sa version.

Mardi matin, la comparution de la jeune fille violée et son fiancé devant le juge d'instruction était très suivie sur les réseaux sociaux : un live Streaming de la manifestation de soutien qui se tenait devant le Tribunal de Tunis a été mis en place, et live tweet sur le fil #TnViol a été assuré par des personnes présentes sur place. Quelques heures plus tard, l'audition est terminée et les médias commencent à informer. Problème, les informations sont contradictoires ; entre ceux qui confirment l'accusation et ceux qui la remettent en doute.

Sur la radio mosaïque FM, on retrouve «L'accusation d'obscénité ostentatoire préméditée n'est pas officielle ». La radio Element/24541-Fille-viol%C3%A9e-L--accusation-d-obsc%C3%A9nit%C3%A9-ostentatoire-pr%C3%A9m%C3%A9dit%C3%A9e-n-est-pas-encore-officielle.html?Source=RSS" target="_blank">affirme que ce qui circule sur les autres sites sont des « rumeurs ». Petit détour par une autre radio privée, Shems FM, pour retrouver les déclarations d'une des avocates de la victime, Maître Dalila Msadek confirmant que sa cliente a été « officiellement accusée d'obscénité ostentatoire préméditée».

repliques-01

Devrait-on croire mosaïque FM ou Shems FM ? En tout cas, ce n'est pas la radio Kalima qui aidera à trancher, puisque cette dernière rapporte les déclarations d'une autre avocate de la victime, Maître Leila Haddad, qui souligne que la victime a été entendue par le juge d'instruction «d'une manière légale dans l'affaire du viol». Radio Kalimarapporte donc les dires de l'avocate concernant l'«affaire du viol», alors que l'audition de ce mardi 2 octobre portait sur une accusation d'atteinte à la pudeur, où la jeune fille et son fiancé sont entendus comme «accusés».

repliques-02

Nous laissons de côté les radios et nous allons chercher la «bonne» information chez les agences de presse. Paradoxalement, rien du côté de la TAP. Pas un mot (jusqu'à l'écriture de cet article) de la part l'agence tunisienne de presse, sur une affaire qui a fait le tour du monde.

Voyons du côté des agences de presse étrangères. L'agence mondiale Associated Press conclut sa dépêche par une information pas très concise : «Lors de l'audience de mardi, le juge d'instruction devait soit retenir l'accusation adressée à la jeune femme soit la classer, selon des avocats.». L'AFP (Agence France Presse) apporte plus de précision, et évoque «un abandon des poursuites possible et un classement de l'affaire». La dépêche a tout de suite été relayée par plusieurs médias français.

repliques-03

Mais si l'AFP parle d'un abandon des poursuites possible, le journal électronique tunisien Kapitalis en conclut autrement et publie un article titré : «Le juge décide de poursuivre la fille violée par des policiers». La journaliste y affirme que «le procureur de la république a ordonné mardi la poursuite de la fille violée par des policiers ainsi que son fiancé pour atteinte à la pudeur». Heureusement que Tanit Press était là pour publier une «exclusivité». En effet, le journal arabophone affirme « L'affaire sera classée dans deux jours ».

repliques-04

Autant d'informations contradictoires dans une affaire aussi médiatisée, ne fera certainement pas du bien aux médias, qui souffrent déjà d'un manque de crédibilité. Au final, le lecteur choisira de croire ce qui l'arrangera.

autorégulation garant de crédibilité

Publié le 19/01/2012 à 14:16 par observatoire-medias-tunisiens Tags : article création travail cadre carte texte paysage

l’autorégulation, garant de la crédibilité des médias

Jeudi, 17 Novembre 2011 09:39By Manel.KA La Une!-A La Une!

 

Taille de <a class=texte normale" style="border: 0px;" /> Taille de <a class=texte moyenne" style="border: 0px;" /> Taille de <a class=texte plus large" style="border: 0px;" />

credibilite.jpgLa régulation et le bon usage de la liberté de presse, tel est l’objet du séminaire tenu mercredi 16 novembre 2011, en présence d’intervenants tunisiens et étrangers, d’enseignants et de quelques étudiants de l’IPSI ainsi que des représentants des médias.

La rencontre s’inscrit dans le cadre du colloque Chantiers de la démocratie en Tunisie qui a démarré le 14 novembre et se poursuivra jusqu’à le 18 novembre.
Au cours de son intervention, Nouri Lajmi, universitaire à l’IPSI, a précisé que l’autorégulation est un ensemble de règles qui régissent le travail du journaliste : « En respectant les règles déontologiques, les journalistes garantissent la crédibilité et l’impartialité de leur travail. On a besoin de normes pour fixer les balises nécessaires et éviter, entre temps, les dérapages des médias ainsi que le recours à la justice. Par conséquent, le journaliste est appelé à respecter les règles professionnelles et répondre aux attentes et aux doléances du public, en lui assurant une information de qualité ».
Selon M. Lajmi, il y a un regain d’intérêt pour la déontologie dans le paysage médiatique, depuis le 14 janvier, qui a connu plusieurs changements : la création de nouveaux médias, plus de liberté de ton et la revalorisation du rôle des médias nationaux. Nombreux sont ceux qui pu reconquérir une certaine confiance du public tandis que d’autres peinent pour la reprendre. Néanmoins, le journalisme, qu'il se déploie dans les médias traditionnels ou sur les médias émergents, réclame une mise à jour radicale de ses pratiques.
Toutefois, les expériences vécues dans certaines régions démontrent qu’il n’y a plus de modèle universel de fonctionnement des médias. Le succès de chaque expérience de réforme médiatique dépend du contexte du pays mais aussi de la volonté des gens à imposer un code de conduite de ce métier noble.
M. Lajmi a indiqué que la loi doit toujours exister. Le champ qui régit les médias doit être assez restreint afin d’éviter les dérapages. Alors, les organismes d’autorégulation doivent fournir le garant des valeurs inhérentes à la pratique journalistique.
De son coté M. Abdelkrim HIZAOUI, directeur du Centre africain de Perfectionnement des Journalistes et Communicateurs (CAPJC), a présenté les nouveaux termes de la régulation des médias durant la période de transition démocratique. Le contexte médiatique a vécu de nombreuses mutations depuis la Révolution. : l’abolition du ministère de la Communication, la dissolution de l’Agence tunisienne de communication extérieure et la disparition aussi des quotidiens du RCD.
Parallèlement, de nouveaux organes sont apparus. On trouve la sous-commission de l’Information relevant de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la Révolution, la réforme politique et la transition démocratique. Cette commission est parvenue à l’élaboration d’un projet de décret-loi relatif au code de la presse, de l'imprimerie et de l'édition et un autre organisant l'audiovisuel.
Il s’agit également de l'Instance indépendante pour la réforme de l'information ?et de la communication (INRIC). Elle avait pour mission de définir un nouveau cadre juridique du paysage médiatique et d’étudier les demandes de la création des nouveaux médias. Pour les acteurs professionnels on trouve le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), l’Association des directeurs des journaux tunisiens (ADJT).
L’article 8 du nouveau code de la presse publié mardi 15 novembre au JORT, a institué la création d’une commission indépendante de la carte nationale du journaliste professionnel. Composée de sept membres, elle est nommée pour un mandat de 4 ans.
Il y a aussi la Haute autorité indépendante pour la Communication audiovisuelle (HAICA) qui est composée de neuf membres.


Manel.K

deontologie journalistique et transition democratique

Publié le 27/09/2011 à 23:56 par observatoire-medias-tunisiens Tags : travail internet

img_blanc

Atelier de travail sur la "Déontologie journalistique et la transition démocratique"
Jeudi, 22 Septembre 2011 18:51
  • Envoyer
  • Imprimer
  • PDF

 

220911_Atelier_de_Travail_Dontologie_Journalistique_et_Transition_Dmocratique
TUNIS (TAP) - "Déontologie journalistique et transition démocratique", tel est le thème de l'atelier de travail organisé, jeudi matin, par le Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT), en collaboration avec la délégation de l'Union Européenne à Tunis et la délégation de "Wallonie-Bruxelles" à Tunis.

 

A l'ouverture des travaux, la présidente du SNJT, Nejiba Hamrouni a mis l'accent sur la nécessité pour les journalistes de respecter la déontologie professionnelle lors de leur couverture des élections de l'assemblée nationale constituante, précisant que le SNJT avait enregistré après la révolution du 14 janvier plusieurs manquements à la déontologie de la part des journalistes ou des entreprises de presse.

Elle a rappelé que le syndicat avait pris l'initiative après la révolution, de mettre en place une stratégie visant à dynamiser l'action de l'observatoire de déontologie journalistique ainsi qu'une charte d'éthique professionnelle des journalistes qui couvriront les élections de l'assemblée nationale constituante.

La représentante de la délégation de l'UE à Tunis, Françoise Millcam a souligné quant à elle, l'importance du rôle de l'information dans la couverture de l'opération électorale et dans la réussite de la transition démocratique en Tunisie, à travers le respect des normes professionnelles et de la déontologie journalistique, rappelant que l'Union Européenne avait mis en place après la révolution du 14 janvier plusieurs programmes visant à soutenir les médias tunisiens et à renforcer leur indépendance notamment en organisant des sessions de formation pour les journalistes tunisiens en matière de couverture des élections et de gestion des débats politiques télévisés et radiophoniques.

Le professeur universitaire et chercheur en sciences de l'information, Sadok Hammami a mis l'accent pour sa part sur les dangers qui menacent les chartes déontologiques.

Ces dangers, a-t-il précisé, proviennent essentiellement des institutions médiatiques elles-mêmes soumises à un contexte publicitaire concurrentiel. Il a souligné à cet égard les pressions exercées par les hommes d'affaires sur le secteur de l'information mais aussi de la part des réseaux sociaux sur Internet "qui diffusent une multitude d'informations douteuses, de scandales et d'informations non vérifiées".

Le conseil de rédaction au sein des entreprises de presse joue un rôle primordial dans la dynamisation de la charte de déontologie.

snjt- pratiques contraires à l'ethique dénoncées

Publié le 02/08/2011 à 22:15 par observatoire-medias-tunisiens Tags : article message paysage
Le SNJT dénonce la poursuite de pratiques contraires à l'éthique professionnelle
Mardi, 02 Août 2011 15:36
  • Envoyer
  • Imprimer
  • PDF
snjt_370
TUNIS (TAP) - Le Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) dénonce les dépassements dangereux qui entachent le paysage médiatique public, privé et celui placé sous l'administration de l'Etat. Le Syndicat critique, dans un communiqué publié mardi, la partialité de la ligne éditoriale de certains médias, pratiques clairement visibles lors de la couverture d'événements récents.

Le SNJT souligne les dépassements commis par certains médias citant le quotidien Assabah "qui a clairement pris, récemment, le parti d'un courant politique" et du journal Ashourouq "qui a consacré des pages à la propagande politique de certains partis".

Il condamne, également, la poursuite de pratiques contraires à l'éthique comme le plagiat, citant le cas du quotidien "Assarih" qui a publié un article paru dans un journal algérien. Il dénonce, en outre, la recherche, par plusieurs médias, du sensationnel au détriment de l'objectivité.

Le SNJT stigmatise, également, les dangereux dérapages de la chaîne Radio Zitouna, qui appelle à décréter mécréants (takfir) certains penseurs tunisiens, se transformant ainsi en "radio prônant la violence" à travers des fatwas de déchéance du statut de musulman.

Le syndicat des journalistes se dit très préoccupé par "l'usage de la propagande illégale servant un mouvement politique et un établissement médiatique, cas de l'accord d'émission signé entre la chaîne Hannibal TV et Abdelfattah Mourou, acteur politique et figure du mouvement islamiste".  Cet accord, prévient le SNJT, menace la transparence et l'objectivité du message médiatique qui se veut impartial.

Il appelle tous les journalistes et hommes des médias à respecter l'éthique professionnelle et le code de déontologie, et à lutter contre les pratiques suspicieuses  dont l'affranchissement des journalistes et de la profession ne sert pas les intérêts".

lettre de leila trabelsi à

Publié le 10/05/2011 à 16:00 par observatoire-medias-tunisiens Tags : 2010 fond travail soi news
Journalisme Tunisie : la supposée lettre de Leila Trabelsi Ben Ali à Ben Dhia



Un magazine de la place avait publié un document secret du palais présidentiel sous le titre « Lorsque Leila Ben Ali dirigeait les ministres ».

Dans cette missive, qui serait écrite de sa propre main le 9 décembre 2010, Leila Trabelsi ordonne à Abdel Aziz Ben Dhia de remplacer le directeur de la Société des Services Nationaux et des Résidences (SNR), Mahmoud Belallouna par Tarek Bahri.

Mahmoud Bellalouna représentait, selon cette lettre, une source de souci pour Imed et Jalila Trabelsi, respectivement neveu et sœur de Leila Trabelsi ben Ali. En revanche, Tarek Bahri avait été recommandé par Sakher El Matri comme étant un fidèle du RCD et qui en aurait des liens avec Mondher Zenaidi, selon ce document « secret ».

Cependant, le site « Tunisia News Today » publiait depuis le 07 Décembre 2010 (voir capture) une information selon laquelle, Mahmoud Bellalouna serait remplacé à la tête de la SNR par Tarek Bahri en raison de nombreux dépassements enregistrés lors de la saison du pèlerinage.

Donc la question de l’authenticité de ce document prétendument secret se pose. Pourquoi Leila Trabelsi Ben Ali aurait écrit cette lettre 2 jours après la parution de l’information dans les médias ?

Cela mène à penser qu’une certaine déontologie, un code d’honneur de la presse ne devrait pas être enfreint. Le fait en soi est grave car il pourrait s’agir d’un faux fabriqué par le magazine en question pour faire de l’audience et augmenter ses ventes.

Il ne s’agit pas de défendre Leila Trabelsi Ben Ali, dont les méfaits sont de notoriété publique, mais y a-t-il besoin de charger la mule en manipulant les lecteurs ?? Entre les deux, il y a un équilibre, un juste milieu sur lequel la presse s’honorerait en se plaçant.

En démocratie, le travail de journaliste est un métier fondamental. Car son rôle est de faire éclater la vérité au grand jour, en respectant les lecteurs et en leur proposant une matière de qualité en toute indépendance. En Tunisie, avec la liberté de parole retrouvée, une minorité de journalistes pourraient être tentés par le sensationnel et tomber dans le piège de la facilité loin du devoir de s’intéresser à des débats de fond.

Source : « Espace Manager » Le 09-05-2011

rajhi piégé

Publié le 06/05/2011 à 14:17 par observatoire-medias-tunisiens Tags : photos cadre pensées internet
  c
 
 
Interview de Farhat Rajhi «J'ai été piégé par les deux journalistes» Question: Voilà que vous faites de nouveau l’actualité après vous être éclipsé de la scène. Que s’est-il passé au juste ? Farhat Rajhi: Non, je ne fais pas l’événement. Il y a juste que beaucoup de journalistes m’ont demandé des interviews, mais je ne pouvais les satisfaire compte tenu de mes obligations professionnelles.
  Mais il se trouve que j’ai cédé devant l’insistance des deux jeunes journalistes m’ayant assuré que l’interview serait publiée sur un site internet et c’est pour cela que je les apostrophais « ne notez pas cela » concernant certaines questions sensibles.     Mais il y avait plus d’une caméra fixe ?   Effectivement. Ils ont placé deux caméras sur le bureau et je pensais que c’était pour prendre des photos, car l’enregistrement par l’image suppose, à mon sens, des appareils bien plus performants…   Sauf que vous parliez en toute aisance et avez fait des déclarations jugées comme étant des révélations véridiques par les uns et de la fiction des attaques et une tentative de semer la discorde par d’autres.   J’ai la conviction que cette Révolution est l’œuvre des jeunes. Et quand de jeunes journalistes se sont adressés à moi j’ai jugé que c’était de mon devoir d’être sincère avec eux convaincu que je suis que l’avenir leur appartient… Cette discussion avec ces jeunes devait dans ma conviction, demeurer comme vous le dites vous autres journalistes « off the recorder ». C’est un principe éthique fondamental dans votre métier et le journaliste doit garder ces affirmations pour lui pour que cela lui serve de repère dans l’analyse des réalités du pays. Ces «déclarations » publiées en violation de ce principe ont dès lors été quelque part perçues comme une violation de mon devoir de réserve, alors que ces affirmations je les avais avancées sans arrière-pensées, ni objectifs haineux. Le seul objectif espéré, du moins par moi, c’était l’information saine et responsable.   Or Kamel Letaïef a déclaré que vous avez choisi le moment de faire ces déclarations et que vous les avez fait « coincider » avec l’arrestation de Mohamed Ali Ganzouî ?   Non, le rendez-vous de l’interview avait été choisi par les journalistes une semaine auparavant. Et puis d’après les médias, Ganzouî que je ne connais pas personnellement avait été arrêté le mercredi en fin d’après-midi alors que l’interview s’était déroulée durant la matinée du même jour.   Oui mais Kamel Letaïef déclare que vos déclarations portent atteinte à l’armée et seraient assimilables à une haute trahison.   C’est grave comme accusation. Car cela me place à la même enseigne que les pratiques du président déchu alors qu’il ne s’agit en réalité que d’une approche personnelle dans l’analyse de la situation dans le pays et ce dans le cadre d’un échange de points de vue avec les journalistes et ce, comme cela se produit dans plusieurs pays, pour le bien de la nation et pour lui éviter d’entrer dans la spirale de la violence.   Comme beaucoup de Tunisiens j’ai écouté votre interview sur Facebook, puis celle de Kamel Letaïef sur ShemsFM, le matin, et encore l’après-midi sur MosaïqueFM, lequel a été précédé par la déclaration du porte-parole du Premier ministère. Je trouve que l’interview de Kamel Letaïef durant la matinée était confuse. Mais l’après-midi le contenu de sa déclaration sur MosaïqueFM est porteur des mêmes accusations que celle de Moez Smaoui (Premier ministère) : à savoir l’atteinte à la loyauté de l’armée et la tentative de semer le trouble… Pensez vous qu’il y a eu au préalable coordination entre les deux parties…   C’est votre conclusion et c’est la même que celles qu’ont tirées et communiquées plusieurs personnes… Est-ce à dire que tout le monde me fera ce même reproche… Quant à ce «régionalisme», ce que j’entendais par Sahéliens ce sont des personnes bien précises géographiquement du Sahel, mais qui ne sont pas représentatives de tous les habitants de cette région. Mais j’insiste encore sur l’Armée : je n’ai eu nulle intention de porter atteinte à l’armée et si c’était le cas, pourquoi n’aurais-je pas évoqué la sécurité nationale ? Je réitère mon respect, donc, à l’Armée nationale et les forces de l’ordre tout en demeurant convaincu qu’il faut certaines réformes fondamentales ce qui leur assurerait un rendement adéquat à la situation actuelle. Quant à cette question de maturité politique, je considère que j’ai été appelé à la rescousse à un certain moment et j’ai accompli mon devoir dans les limites de mes possibilités envers mon pays. J’ai toujours été transparent. Et je vous ai expliqué dans quelles conditions j’ai fait ces déclarations. J’ose espérer que les personnes sages ne feront pas dans l’extrapolation, car, jamais, je ne chercherai à destabiliser le pays. Il faut en effet se méfier des extrapolations. Et surtout, ne jamais oublier que le fondement de l’homme est dans ses bonnes intentions. Réalisée par Hafedh Ghribi pour Assabah (Reproduction en français (pas au mot à mot) de la rédaction du Temps
1 2 3 | >>> | Dernière page


DERNIERS ARTICLES :
ANNONCE DE LANCEMENT DE TELVZA TV
Telvza TV, naissance d’un projet médiatique participatif 9 10/12/2013 14:07 L’équipe de Telvza TV a tenu une conférence de presse, le 10 décembre 2013, pour présenter les
ANNONCE DE LANCEMENT DE TELVZA TV
Telvza TV, naissance d’un projet médiatique participatif 9 10/12/2013 14:07 L’équipe de Telvza TV a tenu une conférence de presse, le 10 décembre 2013, pour présenter les
E SNJT CONDAMNE LE LIVRE NOIR
Le syndicat des journalistes condamne le ‘‘Livre noir’’ de la présidence 1 décembre 2013 à 12:48   // <!CDATA !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s
E SNJT CONDAMNE LE LIVRE NOIR
Le syndicat des journalistes condamne le ‘‘Livre noir’’ de la présidence 1 décembre 2013 à 12:48   // <!CDATA !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s
DEMISSIONS A TELVZA TV
 Démissions en cascade à la rédaction de Telvza TV 3 décembre 2013 à 11:26   // <!CDATA !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)0;if(!d.getElementByI