Thèmes

actualité affiche afrique amis annonce article background belle blog bonne cadre cadres

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· A connaitre:U.A.S (1)
· A N C -medias (5)
· Abdelwaheb abdallah-médias (13)
· AFFAIRE CHOKRI BELAID (9)
· Affaire du jet d'oeuf (3)
· Affaire Nawat (2)
· Affaire radio kalima (1)
· Affaire Sheraton (29)
· Affaire slim chiboub (12)
· AFFAIRE ZIED EL HENI (12)
· Agression de journalistes (17)
· Al hiwar attounissi / Tahar ben Hassine (3)
· ALHIWAR ETTOUNISSI / TAHAR BELHSINE (1)
· Aljazeera (19)
· Anonymous (1)
· Articles Mohamed Hamdane (1)
· Assabah (29)
· Atce (17)
· Audience médias (4)
· Audiovisuel-cinema-tv (106)
· AYOUB MESSAOUDI (4)
· Beji caid essebsi- medias (22)
· Ben ali- médias (43)
· Blogs - blogueurs (45)
· Censure (53)
· Cinema (41)
· Combat pour la liberté (7)
· Communication-entreprise-organisation (26)
· CONSTITUANTE - MEDIAS (7)
· Dar al Anwar (3)
· Deontologie (22)
· Dérapage déontologique (1)
· Dilou samir- medias (3)
· Droit de reponse (45)
· Edition- livre (1)
· Elections- medias (27)
· Ennahdha- médias (40)
· EXCLUSIF-BLA BLA DE CANDIDE (3)
· Facebook (31)
· Formation et recyclage (14)
· HAICA (5)
· Hannibal tv (29)
· Instance de l'information (56)
· Journalistes (90)
· La Presse- Essahafa (19)
· Liberté d'expression (75)
· Listes noires (1)
· Livres (41)
· Lotfi messaoudi (13)
· LOTFI ZITOUN (15)
· Medias pouvoir (130)
· Medias sociaux (8)
· Medias- relations internationales (46)
· Nessma tv (54)
· Pages facebook-médias (9)
· Patrons de médias (26)
· Paysage mediatique (9)
· Polemiques (12)
· Portrait- journalistes (24)
· Poursuites judiciaires (90)
· Presse (88)
· Public (40)
· Publicité (28)
· Radio (95)
· Rajhi- médias (17)
· Reforme juridique et institutionnelle (60)
· Reporters sans frontieres (1)
· Salafistes- medias (3)
· Semi fehri - catus -attunissyia (109)
· Sihem ben sedrine -kalima (10)
· Sites internet (22)
· Slim amamou-medias (2)
· Snjt (75)
· Television tunisienne publique (111)
· Tic internet reseaux sociaux (58)
· Tourisme- medias (1)
· Tunis afrique presse (13)
· Zitouna tv (1)

Rechercher
Derniers commentaires

votre titre est trompeur. a s'en tenir au titre et au premier paragraphe, on croirait que c'est encore une att
Par Anonyme, le 14.10.2013

attounisia lil bhayemhttp://l ol.centerblog. net
Par caymera, le 01.09.2013

lol noobs trolls omg mata5demch report uhttp://lol.ce nterblog.net
Par caymera, le 01.09.2013

avrz vous redige votre livre de memoires tout seul ?je fait mon master sur votre livre et je vous prie de rep
Par hendlimem, le 16.08.2013

on voudrai s'avoir vos projets pour notre beau pays pour le future de nos enfants en esperant l'avenir soit m
Par latifa bejaoui, le 10.04.2013

Voir plus

Articles les plus lus

· attounissia -semi fehri
· television tunisienne - monographie
· almasdar-nouveau journal electronique
· le journal islamiste alfajr reparait
· sami fehri -chaine attounissya

· choufli hal --
· démarrage de la chaine al hiwar le 19 septembre
· pétition pour des médias libres
· attounisiya
· aljazeera-bureau à tunis
· borhane bsaies sur hannibal tv?
· blog nawat.org
· une émission tv salissant ben ali et la tunisie
· sofiene ben hmida contesté
· sami fehri- mauvais scenarios

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· mohamed-hamdane-medias-tn
· droit-tunisie-revolution


Statistiques

Date de création : 18.03.2011
Dernière mise à jour : 10.12.2013
2252articles


journalistes

Sofiene ben Farhat accusé de collaboration

Publié le 19/10/2013 à 14:29 par observatoire-medias-tunisiens Tags : chez background 2010 divers éléments google
Hamrouni accuse Ben Hamida d’avoir collaboré avec Ben Ali et son régime

Vendredi, 18 Octobre 2013 10:20

 
background: none transparent scroll repeat 0% 0%; float: none; height: 24px; font-size: 1px; vertical-align: baseline; cssfloat: none; border-style: none; padding: 0px;">
// <![CDATA[ {lang: "fr"} // ]]>
 
 

alt

Najiba Hamrouni, présidente du Syndicat National des Journalistes Tunisiens, a ouvertement critiqué Sofiène Ben Hamida, chroniqueur politique chez Nessma TV, dans la journée d’hier, jeudi 17 octobre 2013 via sa page officielle Facebook.

 

Hamrouni reproche à Ben Hamida le fait qu’il refuse la destitution de l’association des Magistrats alors qu’il a été lui-même, selon ses propos l’un des éléments principaux qui ont soutenu la destitution du bureau légitime du syndicat des journalistes sous l’ère de l’ancien régime de Ben Ali.

En effet la présidente du Syndicat des journalistes tunisiens a indiqué que le chroniqueur de Nessma a été un émissaire de Abdelwahab Abdallah, ancien conseiller spécial auprès de Zine El Abdidine Ben Ali pour soutenir le processus de destitution du bureau légitime du syndicat et que les faits se sont déroulés en 2010.

SOFIENE BEN FARHAT ANNONCE QU'IL N'EST PAS PROTEGE

Publié le 05/10/2013 à 13:37 par observatoire-medias-tunisiens Tags : image monde mort annonce texte
Soufiane Ben Farhat annonce qu’il n’est plus protégé

Politique, Tunisie on 04/10/2013 21:08 /  2 232 clic

soufiane ben farhat menacéLe journaliste chroniqueur tunisien Soufiane Ben Farhat ,ménacé de mort depuis des mois ,écrit ce soir sur son profil Facabook le texte suivant en arabe puis en français .Il n’a pas peur 

 

??? ?????????? ????????? ??????? ???? ????????? ????? ?? ?????? ??? ??????? ????? ??? ?????? ???????? ???????? ???? ?????? ??? ??? ??????? ??????? ???? ?????? ??? ??? ????. ???? ??????? ?? ???? ?? ????? ???? ??????????? ??? ?? ????????
Malgré les quatre tentatives d’attentat dont j’ai fait l’objet, le ministère de l’Intérieur a levé unilatéralement cet après-midi la protection rapprochée qu’elle m’impose depuis des mois. Je m’en fous. Bon vent. Terroristes du monde entier, vous avez tout le loisir de me tuer, en toute quiétude

FIN DE LA GREVE DE SOFIENE BEN FARHAT

Publié le 11/09/2013 à 23:50 par observatoire-medias-tunisiens Tags : femmes soi

Sofiane Ben Farhat en grève de la faim sauvage

Le combat du ‘’showfiane’’ se fait sur un autre front

• «Le directeur général de la station, Fathi Bhoury, a décidé de renouveler la relation contractuelle avec le chroniqueur et consultant Sofiane Ben Farhat, dans le respect des réglementations en vigueur. » peut-on lire sur le site de Shems FM. Sofiane Ben Farhat,  reprend ainsi ses chroniques avec le démarrage de la nouvelle grille, programmée pour le 16 septembre. 

 

Loin d’être une question juridique, l’affaire Sofiane Ben Farhat a été étalée à souhait sur les réseaux sociaux et les différents supports médiatiques.  Les téléspectateurs l’ont tant aimé, le ‘’maréchal’’, tel que le taquine ses proches,  tant ses interventions se font parfois dans le pince sans rire, parfois dans la franchise totale mais toujours dans la perspicacité d’un professionnel qui maîtrise aussi bien le sujet que la langue dans la quelle il s’exprime. Sofiane Ben Farhat, a été depuis quasiment une semaine victime de sa franchise et de ses idées qu’on a décidé de brimer... en vain. Refusant de céder, le journaliste a décidé de combattre la restriction des libertés par les restrictions de la faim.
Les pratiques cherchant à bâillonner les médias et à intimider les journalistes  apparaissent au grand jour sous nos cieux. Même si le « black out » progressif se met en place en commençant par museler les journalistes. C’est parce qu’ils ont décidé de sortir au grand jour leur visage de l’épouvante qui recycle une machine dictatoriale digne d’un Ben Ali au meilleur de son rendement despotique. C’est parce qu’ils ont décidé de montrer leur vrai visage une fois les masques de la piété tombés et que tout un chacun a compris qu’ils n’ont aucune appréhension ou conception de l’Etat et que seul le maintien au pouvoir qui compte pour eux. C’est parce qu’ils ont compris qu’ils sont dans l’impossibilité de faire marcher les rouages d’un Etat en l’absence d’un programme et d’une vision claire de l’avenir du pays… Ils ont décidé d’aller de l’avant pour resserrer l’étau autour des journalistes. Les meilleurs. Pour que les nains de l’aventure médiatique du pays paradent en toute liberté et que la voix des hommes et des femmes dignes soit noyée par celles des incultes et des profanes du métier.
Sofiane Ben Farhat qui a décidé de mener à bien la bataille de la liberté d’expression est entré en grève de la faim qui au bout de six jours est devenue une grève sauvage. La pétition des employés de Shems Fm ainsi que les efforts des syndicats du métier  ont tout autant aidé à redonner à Sofiane ses marques…
Et si les langues se sont déliées pour critiquer la prise de position de Sofiane Ben Farhat, invoquant le fait que le journaliste en question est un employé de La presse, les mauvaises langues n’ont pas réussi à comprendre au final que la question du licenciement est loin d’être une finalité en soi et que c’est plutôt la liberté d’expression sous nos cieux qui en pâtira. Les détracteurs du maréchal auraient fait mieux de chercher d’autres arguments moins ridicules. Avec le retour de Sofiane Ben Farhat sur les ondes de Shems FM, il y a lieu de remarquer qu’on a ‘’gagné la bataille mais pas encore la guerre’’. Le combat du ‘’showfiane’’ (émission de Sofiane Ben Farhat sur Shems FM) continue sur le front de la liberté d’expression.
Mona BEN GAMRA  / LE TEMPS / 11/9/2013

prix de la liberté de la presse de l'université de manouba

Publié le 09/12/2012 à 20:40 par observatoire-medias-tunisiens

L'Université de la Manouba crée un prix pour la liberté de  presse

 

jeu..06.12.12
L'Université de la Manouba vient de créer le Prix Akademiade la liberté de la presse qui récompense les journalistes engagés dans la défense de la liberté d'expression et d'information. Même si deux ans après la révolution du 14 janvier, la dictature semble avoir été bannie, cela ne signifie pas pour autant que la liberté d’expression et de presse est une affaire classée, précise l’université.


Le prix Akademia de la presse est ainsi destiné à « récompenser les journalistes engagés dans la défense de la liberté d'expression et d'information, la qualité du professionnalisme et des valeurs journalistiques de leur œuvre, ainsi que de son impact et son importance pour l'opinion publique », ajoute l'université. La remise du prix aura lieu le 8 décembre 2012.

La journaliste Souhayr belhsan décorée en France

Publié le 02/12/2012 à 14:46 par observatoire-medias-tunisiens Tags : image homme background png affiche
Souhayr Belhassan, décorée de l’insigne de Chevalier de la légion d’honneur par le président français François Hollande
Envoyer cette page  
 127


La journaliste tunisienne, Souhayr Belhassen, présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme et auteur d'une biographie de Bourguiba, a été couronnée, hier, lundi 26 novembre 2012, des insignes de Chevalier de la Légion d'honneur par le président français François Hollande, lors d’une cérémonie organisée au palais de l’Elysée, en présence de nombreuses personnalités dont notamment Alain Goldmann, ancien grand rabbin de Paris, Pierre Joliot-Curie, grand biologiste et petit-fils de Pierre et Marie Curie, Jerôme Clément, ex-président de la chaîne Arte, Jean-Baptiste, ancien député de Mayotte, et Thérèse Delrieu, conseillère générale de Châteauroux-Sud.

Souhayr Belhassen a été nommée dans la promotion du 14 juillet de la Légion d’honneur, récompensant les « mérites éminents acquis au service de la Nation » et qui a distingué cette année 528 personnalités.

S.T

accusations contre moez ben gharbia

Publié le 15/11/2012 à 02:08 par observatoire-medias-tunisiens Tags : background nature travail cadre
03/11/2012 | Mise à jour : 11:46
Tunisie - Graves accusations contre Moez Ben Gharbia
background: none transparent scroll repeat 0% 0%; float: none; height: 24px; font-size: 1px; vertical-align: baseline; cssfloat: none; border-style: none; padding: 0px;">

alt

Le site "Achahad" a lancé de graves accusations contre l’animateur Moez Ben Gharbia.

Ce site a laissé entendre que l’animateur en question a téléphoné le jour de la reprise de son émission "Attassia Massa" à l’homme d’affaires Kamel Letaief pour le rassurer "qu’il allait régler les comptes de son ami !!!"

Le site en question a ajouté que Ben Gharbia a aussi téléphoné au présumé  imam Nasreddine Aloui,  insinuant même qu’il l’a encouragé à déverser librement sa haine en direct à travers une liaison satellitaire avec Douar Hicher.

Entretemps d’autres médias ont indiqué que le procureur de la République a demandé l’ouverture d’une enquête contre Ben Gharbia en tant qu’animateur et producteur de "Attassia Massa", pour le contenu qui incite à la haine et perturbe l’ordre public, diffusé dans son émission de jeudi dernier.

Pour y voir plus clair Espacemanager a contacté Moez Ben Gharbia qui a, pour sa part, nié toutes les accusations portées contre lui.

Selon lui, cette affaire a pour but d’alimenter la "théorie de complot" qui est en train de se développer.

L’animateur d’Attounissia TV considère qu’il est "dans son droit d’appeler qui il veut dans le cadre de ses enquêtes journalistiques". "Kamel Letaief étant visé par une plainte, mon travail d’enquête nécessite de prendre contact avec l’intéressé", a-t-il précisé.

Ce que nie surtout Ben Gharbia c’est la nature de la discussion qu’il aurait eu avec Letaief, insistant sur le fait que "tout contact avec une personnalité politique ou autre est toujours d’ordre professionnel et entre dans le cadre de mes enquêtes". "Je ne prends jamais position en faveur d’une partie et s’il existe un enregistrement prouvant le contraire qu’on me le présente".

accusations de fahem boukadous aux journalistes

Publié le 22/10/2012 à 00:28 par observatoire-medias-tunisiens
19/10/2012 | Mise à jour : 00:00
Tunisie - Rebondissements dans l’affaire Boukkadous-Ben Ticha-Bessaies

alt

Les graves accusations du militant des droits de l’homme Fahem Boukkadous, à l’encontre de Nouredine Ben Ticha et Borhen Bessaies, ne cessent d’alimenter la polémique.

 

Boukkadous a, rappelons le, déclaré que Noureddine Ben Ticha et Borhène Bessaies travaillaient pour l’ancien régime qui les a chargé de négocier avec lui afin d’essayer de monnayer son silence.

Face à ces accusations, il semble que la réaction des deux concernés est différente puisque Bessaies a préféré ne pas réagir contrairement à Ben Ticha qui est en train d’étudier l’opportunité d’un droit de réponse sur la chaine Watania 2.

La réaction des concernés, si elle aura lieu, laissera indiquer si ces graves accusations sont fondées ou pas.

augmentations salariales des journalistes

Publié le 16/10/2012 à 00:06 par observatoire-medias-tunisiens Tags : histoire travail
13/10/2012 | Mise à jour : 11:57
Tunisie - Les augmentations salariales divisent les patrons de presse

alt

L’accord portant sur les majorations salariales dans le secteur de la presse écrite et électronique, qui a été signé par le ministre des Affaires sociales, Khalil Zaouia, le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail, Houssine Abassi, le secrétaire général du syndicat général de la culture et de l'information, Nébil Jmour et le président par intérim de l'Association des directeurs des journaux, Taieb Zahar, a été rejeté par de nombreux patrons de presse.

Le syndicat des directeurs des médias présidé par Amel Mzabi et la ligue tunisienne des journaux indépendants présidée par Taieb Mili ont indiqué que cet accord ne les concerne du fait qu’ils n’ont pas été impliqués dans les négociations tout comme le syndicat des journalistes tunisiens, principal porte-parole des journalistes.

De nombreux patrons de presse se sont exprimés à ce sujet dont le directeur du journal Attounissia, Nasredine Ben Saida qui a dénoncé dans un éditorial très virulent l’opportunisme du syndicat général de la culture et de l'information qui n’a pas hésité à faire pression pour obtenir ce genre d’augmentations, alors que le secteur passe par la crise financière la plus aigüe de son histoire.

greve de la faim à assabah et à essour

Publié le 05/10/2012 à 23:56 par observatoire-medias-tunisiens Tags : image chez livre cadre
Grève de la faim à Dar Assabah et au journal Assour
Grève de la faim à Dar Assabah et au journal Assour

En grève de la faim depuis quelques jours, les journalistes rencontrés, hier, au siège de Dar Assabah comptent poursuivre leur «combat de la liberté et de la dignité» jusqu’à la dernière heure et la dernière minute. Pour eux, c’est une question vitale et celui qui déroge à ces principes n’est pas digne de sa plume. Libre parole et liberté de penser, c’est tout ce qu’ils veulent. Monia Arfaoui, journaliste au quotidien Assabah abonde dans ce sens: «Contrairement à ce qu’on a rapporté, notre grève de la faim intervient dans le cadre de tout un mouvement de protestation contre la nomination d’une persona non grata à la tête de la maison. Après diverses formes de protestation qui n’ont pas abouti, nous nous sommes trouvés devant ce choix résumant à lui seul l’intensité d’un drame devenu national pour finalement intéresser une partie de la communauté nationale.
Mais que voulez-vous que nous fassions après avoir adressé, vainement, des réclamations au président de la République provisoire, à la présidence du gouvernement et à l’Assemblée nationale constituante? Cela fait 37 jours que nous sommes en sit-in ouvert sans pourtant qu’il y ait eu un quelconque changement».
La journaliste sur un matelas à même le sol à côté de trois collègues, à l’entrée de l’entreprise, se livre encore à gorge déployée refusant de courber l’échine devant une faim qui dure : «Ce directeur général que le gouvernement cherche à imposer par la force est fidèle à sa propre image. Aujourd’hui, il cherche à faire croire aux gens que notre combat est un combat d’intérêt pour la régularisation de la situation professionnelle de quelques collègues qui exercent encore sans contrats d’engagement. Ce qui n’est pas du tout vrai. Car nos revendications sont plutôt d’ordre moral et éthique. Il n’en demeure pas moins légitime de demander la régularisation de la situation professionnelle de certains collègues dont le dernier embauché exerce au sein de l’entreprise depuis trois ans. Le reste de nos revendication professionnelles et sociales a été formulé dans la motion professionnelle parue dernièrement sur les colonnes des deux journaux. Au nom de tous mes collègues en grève de la faim depuis quelques jours (8 journalistes) je tiens à vous informer que notre mouvement de protestation a atteint son point culminant. Autrement dit, point de négociation avant le limogeage de Lotfi Touati».
Hamdi Mazhoudi, journaliste au quotidien Le Temps, n’était pas non plus dans un état physique meilleur que celui de sa collègue. En grève de la faim avec d’autres collègues depuis des journées entières, lui aussi, il est d’avis qu’une presse libre, une presse qui soit perçue comme un véritable quatrième pouvoir. «Notre combat est celui de tous les confrères et consœurs. Ceux-ci ont tous les mêmes revendications. Sauf que chez nous l’audace de dire les choses n’a pas manqué. D’ici, j’appelle tous les collègues à ne point perdre de vue que leurs plumes constituent un pouvoir à part entière. Un pouvoir qui ne dépend de personne. D’où la nécessité de ne plus jouer le jeu de ceux qui ne font que pêcher en eaux troubles», a-t-il fait valoir.
Contacté par téléphone, le nouveau directeur général de Dar Assabah a livré sa propre version des faits. Il affirme notamment que les grévistes ont entamé leur action revendicative lundi dernier, sachant que les contrats des journalistes grévistes ont pris fin le week-end précédent.
Pour ce qui est de son limogeage énergiquement réclamé par les grévistes, M. Lotfi Touati avance que cette décision relève exclusivement des attributions de la tutelle, à savoir le Premier ministère.

La publicité publique, ce n’est pas de l’aumône

La grève de la faim observée par les journalistes du quotidien «Assour» semble avoir, elle, d’autres motivations. Là-bas, on réclame une part de la publicité publique, sans pour autant être contraint de servir une partie donnée. Comme le fait remarquer M. Ezzeddine Zebidi, rédacteur en chef du journal, revendiquer une part de la publicité publique est un droit garanti par la loi. «Suite à l’épuisement de tous les recours, le personnel du journal a opté pour la grève de la faim pour revendiquer ce qui lui revient de droit: une part de la publicité publique. Un choix intervenant après des sit-in organisés devant le siège de l’Assemblée nationale constituante et devant le ministère des Droits de l’Homme et de la Justice transitionnelle. Mais, ils ont constamment composé avec nous dans l’indifférence totale . Ce qui contraste non seulement avec les principes des rapports humains, mais aussi avec les lois en vigueur. Nos difficultés financières sont de plus en plus pesantes. D’ailleurs, le journal est aujourd’hui édité en 24 pages après avoir été en 32. Toutefois, nous poursuivons le combat, forts en cela de notre détermination à fournir une matière médiatique impartiale et objective».
M. Zebidi note également que si la première grève de la faim était levée suite à l’intervention d’une équipe médicale, celle-ci se poursuivra sans arrêt jusqu’à la réalisation d’un objectif qu’il qualifie de légitime, pour un journal employant près de 60 personnes.

journalistes blessés à sidi bouzid

Publié le 26/08/2012 à 02:11 par observatoire-medias-tunisiens

Tunisie : 2 journalistes blessés par flash-ball à Sidi Bouzid

© tekiano.com | Vendredi, 10 Août 2012 13:48| Mots clés : journalistes blessees balles en caoutchouc sidi Bouzid

 

Cinq personnes dont deux journalistes ont été blessées par des tirs de balles en caoutchouc lancés par la police, hier jeudi, à Sidi Bouzid. C'est ce qu'a indiqué l'agence TAP d'après des sources médicales et sécuritaires.

Des affrontements se sont déclenchés, hier, entre la police et des citoyens révoltés suite à une marche de protestation. Selon la Tap, il s'agit d'un mouvement contestataire né suite aux appels lancés par le «Front du 17 décembre des Force Progressistes» et le «Comité du 17 décembre pour la Protection de la Révolution à Sidi Bouzid».

La police a affronté les manifestants, appelant à «la chute du gouvernement» avec des bombes lacrymogènes et des tirs de balles en caoutchouc.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 | >>> | Dernière page

DERNIERS ARTICLES :
ANNONCE DE LANCEMENT DE TELVZA TV
Telvza TV, naissance d’un projet médiatique participatif 9 10/12/2013 14:07 L’équipe de Telvza TV a tenu une conférence de presse, le 10 décembre 2013, pour présenter les
ANNONCE DE LANCEMENT DE TELVZA TV
Telvza TV, naissance d’un projet médiatique participatif 9 10/12/2013 14:07 L’équipe de Telvza TV a tenu une conférence de presse, le 10 décembre 2013, pour présenter les
E SNJT CONDAMNE LE LIVRE NOIR
Le syndicat des journalistes condamne le ‘‘Livre noir’’ de la présidence 1 décembre 2013 à 12:48   // <!CDATA !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s
E SNJT CONDAMNE LE LIVRE NOIR
Le syndicat des journalistes condamne le ‘‘Livre noir’’ de la présidence 1 décembre 2013 à 12:48   // <!CDATA !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s
DEMISSIONS A TELVZA TV
 Démissions en cascade à la rédaction de Telvza TV 3 décembre 2013 à 11:26   // <!CDATA !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)0;if(!d.getElementByI