Thèmes

actualité affiche afrique amis annonce article background belle blog bonne cadre cadres

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· A connaitre:U.A.S (1)
· A N C -medias (5)
· Abdelwaheb abdallah-médias (13)
· AFFAIRE CHOKRI BELAID (9)
· Affaire du jet d'oeuf (3)
· Affaire Nawat (2)
· Affaire radio kalima (1)
· Affaire Sheraton (29)
· Affaire slim chiboub (12)
· AFFAIRE ZIED EL HENI (12)
· Agression de journalistes (17)
· Al hiwar attounissi / Tahar ben Hassine (3)
· ALHIWAR ETTOUNISSI / TAHAR BELHSINE (1)
· Aljazeera (19)
· Anonymous (1)
· Articles Mohamed Hamdane (1)
· Assabah (29)
· Atce (17)
· Audience médias (4)
· Audiovisuel-cinema-tv (106)
· AYOUB MESSAOUDI (4)
· Beji caid essebsi- medias (22)
· Ben ali- médias (43)
· Blogs - blogueurs (45)
· Censure (53)
· Cinema (41)
· Combat pour la liberté (7)
· Communication-entreprise-organisation (26)
· CONSTITUANTE - MEDIAS (7)
· Dar al Anwar (3)
· Deontologie (22)
· Dérapage déontologique (1)
· Dilou samir- medias (3)
· Droit de reponse (45)
· Edition- livre (1)
· Elections- medias (27)
· Ennahdha- médias (40)
· EXCLUSIF-BLA BLA DE CANDIDE (3)
· Facebook (31)
· Formation et recyclage (14)
· HAICA (5)
· Hannibal tv (29)
· Instance de l'information (56)
· Journalistes (90)
· La Presse- Essahafa (19)
· Liberté d'expression (75)
· Listes noires (1)
· Livres (41)
· Lotfi messaoudi (13)
· LOTFI ZITOUN (15)
· Medias pouvoir (130)
· Medias sociaux (8)
· Medias- relations internationales (46)
· Nessma tv (54)
· Pages facebook-médias (9)
· Patrons de médias (26)
· Paysage mediatique (9)
· Polemiques (12)
· Portrait- journalistes (24)
· Poursuites judiciaires (90)
· Presse (88)
· Public (40)
· Publicité (28)
· Radio (95)
· Rajhi- médias (17)
· Reforme juridique et institutionnelle (60)
· Reporters sans frontieres (1)
· Salafistes- medias (3)
· Semi fehri - catus -attunissyia (109)
· Sihem ben sedrine -kalima (10)
· Sites internet (22)
· Slim amamou-medias (2)
· Snjt (75)
· Television tunisienne publique (111)
· Tic internet reseaux sociaux (58)
· Tourisme- medias (1)
· Tunis afrique presse (13)
· Zitouna tv (1)

Rechercher
Derniers commentaires

mais ce gladiateur huile au sens propre comme au sens figure du mot n a t il pas glisser d entre les articles
Par YOUNSI NEJIB, le 24.07.2014

moi je cherche le numero de la canale nessma elkhadra tout simplement le numero de telephonne
Par lahdoumibechir, le 21.05.2014

votre titre est trompeur. a s'en tenir au titre et au premier paragraphe, on croirait que c'est encore une att
Par Anonyme, le 14.10.2013

attounisia lil bhayemhttp://l ol.centerblog. net
Par caymera, le 01.09.2013

lol noobs trolls omg mata5demch report uhttp://lol.ce nterblog.net
Par caymera, le 01.09.2013

Voir plus

Articles les plus lus

· attounissia -semi fehri
· television tunisienne - monographie
· almasdar-nouveau journal electronique
· le journal islamiste alfajr reparait
· sami fehri -chaine attounissya

· choufli hal --
· démarrage de la chaine al hiwar le 19 septembre
· pétition pour des médias libres
· attounisiya
· aljazeera-bureau à tunis
· borhane bsaies sur hannibal tv?
· blog nawat.org
· une émission tv salissant ben ali et la tunisie
· sofiene ben hmida contesté
· sami fehri- mauvais scenarios

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· mohamed-hamdane-medias-tn
· droit-tunisie-revolution


Statistiques

Date de création : 18.03.2011
Dernière mise à jour : 10.12.2013
2252articles


television tunisienne publique

imen bahroun PDG de la television

Publié le 26/08/2012 à 02:47 par observatoire-medias-tunisiens Tags : news
17 août 2012 13:20 Tribune libre
Officiel: Imen Bahroun nommée PDG de la Télévision tunisienne
Officiel: Imen Bahroun nommée PDG de la Télévision tunisienne
 
 


 
 

Imen Bahroun, ancienne directrice des programmes de la chaîne de télévision “Al Watania 2” prend la place de Adnene Khedher à la tête de la télévision tunisienne.

imen bahroun à la tete de la television

Publié le 26/08/2012 à 01:21 par observatoire-medias-tunisiens Tags : monde femme background you afrique paysage actualité
QR Code
Tunisie : la revanche d’Imen Bahroun Ben Mrad
Mercredi, 18 Janvier 2012 17:26By M.YDépêche Actualité-Eco-Finance
EnvoyerImprimerPDF

 

Imen_Bahroun.jpgS’il y a une nomination à la tête des médias publics qui n’a pas été contestée, c’est bel et bien celle de notre collègue Imen Bahroun Ben Mrad, qui vient d’être désignée à la tête de la chaîne de télévision « El Watania 2 ».

Titulaire d’une maîtrise en journalisme de l’IPSI, Imen a poursuivi son 3ème cycle en audio-visuel à la faculté de l’information du Caire. Mais c’est depuis ses années de lycée qu’elle a attrapé le « virus de la presse » puisqu’elle a intégré la radio nationale en tant que collaboratrice depuis l’âge de 17 ans. Journaliste professionnelle depuis 1992, elle a par la suite roulé sa bosse dans de nombreux médias tunisiens et étrangers.
Au niveau de la presse écrite, elle a travaillé dans de nombreux supports dont particulièrement l’Agence Tunis Afrique Presse, Hakayek, Akhbar el Joumhouria, Assabah, Tunivisions et Star Magazine. Dans le monde des radios, Imen a eu des expériences multiples à la radio nationale, à la radio « Saout El Arab » au Caire et récemment à Radio Express FM.
Sa carrière à la télévision a été entamée à la chaîne nationale, avant de connaître son apogée à Hannibal TV où elle a bouleversé le paysage médiatique tunisien en présentant avec beaucoup de courage la fameuse émission sociopolitique « An Hosni Nyia ». L’audace des sujets traités lui ont valu de voir son émission arrêtée par les autorités et d’être traduite à trois reprises devant le tribunal de l’Ariana. Tenace et audacieuse, Imen a produit une année plus tard une émission du même concept intitulée « El Hakika ». Mais cette dernière a été arrêtée avant même la diffusion du premier épisode et les autorités ont obligé la direction d’Hannibal TV à la confier à une autre animatrice. Grâce à ses combats dans le domaine de la liberté d’expression, nombreux sont ceux qui estiment que la nomination d’Imen Bahroun en tant que première femme, directrice d’une chaîne de télévision publique en Tunisie et dans le monde arabe, est une grande revanche pour cette journaliste qui a longtemps milité pour la liberté de la presse en Tunisie.

WATANYA 2 ISLAMISTE?

Publié le 04/08/2012 à 03:06 par observatoire-medias-tunisiens Tags : monde dessin
28/07/2012 | Mise à jour : 00:00
Tunisie: La fausse affaire des filles voilées sur Watania 2

alt

Après l’affaire des deux animatrices voilées dont on accusait l’actuelle direction d’el Watania 2 de les avoir recrutées pour donner un look islamique à la chaîne (alors que les deux concernés présentaient leurs émissions depuis 2011), voila que la direction de cette chaîne est attaquée pour une autre fausse affaire.


Cette dernière a éclaté suite à la diffusion sur Facebook d’une vidéo d’un dessin animé sur « Al Watania 2 » montrant des filles voilées.

Cela a été bien sûr suffisant pour orienter certains internautes et les pousser à attaquer de toutes parts l’actuelle directrice de la chaîne Imen Bahroun Ben Mrad et à l’accuser de faire le jeu du gouvernement.

Mais une simple vérification aurait permis de se rendre compte que la vidéo en question a été diffusée le 26 novembre 2011, soit bien avant que l’actuelle directrice de la chaîne ne soit nommé à sa tête.

Cette nouvelle affaire prouve que la réussite d’el Watania 2 qui est passée en six mois d’un taux d’audience de 0,9 % à un taux d’audience de 13,4 % et la 32éme à la 4éme place au classement des chaines les plus regardées par les Tunisiens, ne semble pas plaire à tout le monde.

polemique tv publique- pouvoir

Publié le 22/07/2012 à 20:09 par observatoire-medias-tunisiens Tags : bonne monde enfants société

 Télévision publique

Entre pressions et instrumentalisation
Entre pressions et instrumentalisation

Par Soufiane Ben FARHAT
C’est désormais un secret de polichinelle. Le torchon brûle entre les chaînes TV publiques 1 et 2. Saïd Khezami, rédacteur en chef du téléjournal du 20 heures sur la Une, a osé les quatre vérités. La présidence de la République et le gouvernement, à l’en croire, exercent de constantes pressions sur le téléjournal. Objectif, leur faire de la propagande. Obéir également à leurs agendas partisans et s’enrôler dans des campagnes électorales avant terme.
Il cite quatre ministères qui font de l’acharnement en bonne et due forme. Ils n’ont de cesse de vouloir faire passer leurs informations en premier dans le téléjournal. Sinon, gare au courroux des nouveaux princes.
Et l’on sait les dangers encourus en cas de résistance. La démonisation en bonne et due forme, la diabolisation, les campagnes de dénigrement et d’insultes dans les réseaux sociaux. Tout le monde a encore en mémoire le siège, plus de deux mois durant, de l’enceinte de la télévision publique. Les invectives et noms d’oiseaux fusaient, des semaines durant, à l’encontre des journalistes. Ils étaient nommément cités, nommément désignés à la vindicte populacière. Certains d’entre eux ont été menacés, ainsi que leurs familles et leurs enfants. On a frôlé le pire.
D’un autre côté, Saïd Khezami a fustigé la collusion de la deuxième chaîne TV publique avec le gouvernement. A l’en croire, ses responsables, fraîchement désignés par ce même gouvernement, seraient aux ordres. Les propos ont donné lieu à une passe d’armes publique entre responsables des deux chaînes.
Et puis, avant-hier, on a vu des fillettes de 3 à 5 ans voilées sur la Une. Cela n’a pas manqué de scandaliser. L’enfance voilée est nécessairement une enfance outragée. L’innocence violée.
Moralité de l’histoire : on fait du surplace. L’enceinte médiatique subit toujours les pressions. On s’avise d’en faire une courroie de transmission ou une caisse de résonance. On n’est pas sorti de l’auberge de l’instrumentalisation à des fins politiciennes.
Aujourd’hui, tout le processus de légitimation est en branle sous nos cieux. Le nouveau pouvoir, lui-même à la recherche de repères fondateurs, est aux prises avec une vieille société bien structurée. Ses ressorts cognitifs et spirituels ont été élaborés au fil des siècles. Ils fondent la personnalité tunisienne. Une donne essentielle reconnue par les plus éminents spécialistes.
Les médias sont sollicités dans la crispation. La tentative de leur accaparement par les nouveaux gouvernants est on ne peut plus manifeste. Cela varie entre les velléités de mise au pas et l’essai d’institution de nouvelles normes érigées abusivement en valeurs. Les pressions subies par le téléjournal et les images des fillettes voilées en constituent une parfaite illustration.
La bataille pour le contrôle des médias bat son plein. Elle est multiforme. Et en dit long sur les dangers encourus par la révolution tunisienne. Le fin mot de cette révolution, la liberté, fait l’objet de sérieuses menaces. Parce que la remise en cause de la liberté de presse hypothèque toutes les libertés publiques, individuelles et collectives, celle-là étant le portail de l’exercice effectif de celles-ci.
Le problème en Tunisie, c’est l’absence d’une conscience publique claire des vrais enjeux. Le niveau culturel ambiant y est pour beaucoup. Alors certains jouent sur le brouillage immanent à ce registre et en rajoutent au cafouillage.
Le pays supportera-t-il davantage de pressions et de coups fourrés ? L’exaspération de certaines couches sociales est de mise. Et cela augure de télescopages dont on pourrait faire l’économie. Des charges politiciennes visent la limitation des libertés et le moulage des consciences dans des normes préétablies qui se caractérisent par le prosélytisme ou la bigoterie. Elles font peur. Et en disent long sur les horizons promis par le nouvel establishment et son cortège de laudateurs et zélateurs.

sadok bouabane démis de la direction de la tv

Publié le 13/07/2012 à 02:06 par observatoire-medias-tunisiens Tags : vie cadre

Sadok Bouabane, directeur de la chaîne de télévision Al Wataniya 1 a été limogé aujourd’hui, samedi 30 juin 2012.

Motif non encore officiellement déclaré : l'invitation de Abir Moussi, ancienne haut cadre du RCD dissous, à un débat télévisé autour de l’exclusion des anciens RCDistes de la vie politique. Invitation exigée par les règles et la déontologie en la matière.

Or, cette invitation a déplu à plusieurs parties, dont le syndicat des journalistes, qui indique que les RCDistes devraient être interdits de toute vie politique, mais aussi de tout débat public, vu le mal qu’ils ont fait au pays.

Et comme pour ne rien arranger à la situation, Abir Moussi n’a pas été présentée en tant qu’ancienne RCDiste, mais en tant que militante des droits humains. Ce qui a choqué la majorité des téléspectateurs et c'est ce point qui a été officiellement retenu pour justifier le limogeage.

DEPART DE LA TETE DE LA TV

Publié le 20/05/2012 à 01:18 par observatoire-medias-tunisiens


Adnène Khedhr et Sadok Bouabbène, repectivement PDG de l’Etablissement de la Télévision Tunisienne et directeur de la première chaîne télévisée quitteront les postes qu’ils occupent depuis le 7 janvier 2012. Un départ motivé par des raisons de santé par M. Khedhr. M. Bouabbène, quant à lui, a atteint l’âge de la retraite.

Plusieurs successeurs sont pressentis sans qu’une confirmation officielle n’ait été donnée jusqu’à présent. Les noms évoqués sont les suivants : Mofdi M’seddi, Imène Bahroune, Khaled N’jeh et Zied El Héni.

CODE DE CONDUITE POUR LA TV PUBLIQUE

Publié le 06/05/2012 à 00:06 par observatoire-medias-tunisiens Tags : bonne vie france photos enfants cadres

 Médias: Un code de conduite pour plus d'indépendance de la TV nationale

Maha OuelheziWMC actualités : 05 - 05 - 2012


Un projet de code de conduite pour la télévision nationale a été présenté, ce 4 mai 2012, par son directeur général, Adnane Khedher. Un projet qui a été lancé depuis février dernier en partenariat avec BBC Media Action et un ensemble de journalistes tunisiens, et dirigé par Maher Abderrahmen, un expert en médias, et Najla Amri, directrice régionale de la BBC.
La télévision nationale, qui a subi des critiques de toutes parts et de tous genres, semble avancer vers une réforme intérieure qu'elle veut guider toute seule. Une réforme qu'elle veut collective et solidaire. «C'est un document de référence pour garantir l'indépendance de l'entreprise médiatique. Nous allons le présenter à tous les journalistes et employés de la télévision», indique M. Khedher.
De la déontologie?
Pour l'expert Maher Abderrahmen, il y avait des difficultés à démarrer le projet au début. «Il n'y avait pas une bonne compréhension de ce que signifie le code de conduite. C'est compréhensible parce que cette question était toujours le chaînon manquant des médias tunisiens», affirme-t-il.
M. Abderrahmen confie d'ailleurs qu'il s'est inspiré du code de la BBC, de Reuters, de France Internationale, pour la rédaction de ce projet. «C'est important de voir ce que les autres ont fait et de prendre en compte aussi le contexte tunisien. La déontologie du métier n'a jamais été enseignée à l'Institut de Presse et des Sciences de l'Information (IPSI). C'est un manquement flagrant», estime-t-il. Le projet qui concerne actuellement la télévision nationale seulement sera prolongé pour la radio nationale et les radios régionales.
Le code en question soutient 12 clauses, à savoir: servir l'intérêt général, l'indépendance, la neutralité, l'équité, la précision, le respect de la vie privée, la protection des enfants et des classes faibles, la couverture des élections et des sondages et des principes généraux.
Apprendre de ses erreurs?
On indique qu'il s'agit d'une première proposition en attendant de publier la version finale qui s'appliquera à tous les intervenants dans la télévision nationale. D'ailleurs, cet effort de réforme que soutient cette entreprise publique reflète une volonté de dépasser les critiques qu'elle a subies dès le lendemain du 14 janvier 2012.
«L'entreprise médiatique publique a des devoirs énormes et subit les critiques les plus virulentes. On ne lui pardonne pas facilement ses erreurs alors que pour l'entreprise médiatique privée, c'est plus facile», souligne Najla Amri, de la BBC. Elle précise que la politique éditoriale doit provenir des employés de l'entreprise, leur expertise, leur expérience, leurs problèmes et même leurs erreurs.
Mme Amri souligne que le code déontologique a consacré un paragraphe pour le traitement des informations de sources officielles. «Cette question n'a pas été inscrite dans le code de la BBC. Et ceci reflète la spécificité du contexte tunisien puisque la télévision nationale a un historique avec les instances officielles ou gouvernementales», explique-t-elle.
Le paragraphe en question stipule qu'il «faut faire attention au traitement des messages, photos ou vidéos de source officielle et concernant des questions de politique générale ou des sujets polémiques. Il est préférable d'en discuter en interne pour distinguer entre les informations de propagande et les informations utiles. La décision est prise en interne sur la couverture qu'il faudra y consacrer».
Crédibilité?
Cette distance avec la communication officielle ou gouvernementale marque une rupture avec les anciennes pratiques. Une chose qui ne plait pas à certains puisque les pressions sur la télévision nationale n'ont pas cessé d'augmenter, ces dernier mois. «Nous subissons plus la pression populaire que la pression politique», lance Saïd Khezami, rédacteur en chef du journal d'information à la télévision nationale.
Mais ces pressions ont-elles incité l'entreprise à entamer le projet de code de conduite?, s'est interrogé un journaliste. M. Khedher répond qu'il n'en est rien. «Nous n'avons pas entamé ce projet à cause des pressions. Il a démarré depuis des mois», insiste-t-il. Avec la BBC, 55 cycles de formation ont déjà été organisés en 2011 et 25 en 2012.
Pour M. Khézami, tout se joue autour de la crédibilité de l'entreprise médiatique publique. L'information ne doit jamais être traitée comme avant. Il insiste sur l'importance du dialogue au sein de la télévision entre les journalistes pour obtenir un produit médiatique fiable et constructif. Par exemple, «il y avait une discussion sur la couverture de la visite de Cheikh Karadhaoui. Ceci prouve qu'on est sur la bonne voie. C'est un dialogue constructif qui nous aidera à établir des cadres de traitement de l'information», estime-t-il. .

DES PRESENTATRICES QUITTENT LE JT

Publié le 01/05/2012 à 02:49 par observatoire-medias-tunisiens Tags : image news
Des présentatrices des bulletins d’informations à la TV nationale décident de quitter leurs fonctions
 , Culture , News | Houda Laabidi | 28 avril, 2012 à 12:46
A- A+

 
 131Publier 131

Naima Abdallah, Insaf Ben moussa et Khadija Soua, des journalistes présentatrices du bulletin de l’information à la Télévision nationale, ont exprimé ce samedi 28 avril 2012 leur désir de renoncer à leurs postes.

Elles ont affirmé que cette décision est le résultat de la pression qu’elles subissent, puisqu’elles sont considérées comme appartenant à l’ancien régime et donc elles doivent abandonner impérativement leurs fonctions au sein de l’établissement.

Elles ont ajouté aussi que cette résolution est une initiative de leur part pour soulager au moins un peu la pression à la télévision.

La direction générale de la télévision pense aussi amener de réelles réformes au niveau des programmes et des bulletins d’information. Les trois journalistes ont ajouté, que la situation actuelle de la TV est caractérisée par de faibles gestion au niveau des talk-shows diffusés par la chaîne.

La direction ouvrira prochainement des castings pour recruter de nouveaux visages capables de donner une image nouvelle de la télévision tunisienne.

la steg contre la contribution tv

Publié le 22/04/2012 à 00:27 par observatoire-medias-tunisiens Tags : société


Tunisie : la STEG veut se débarrasser du fardeau de la contribution TV

 

ven.20.04.12
Les syndicalistes et les participants aux travaux du conseil sectoriel de la Fédération générale de l'électricité et du gaz ont appelé à la nécessité de supprimer la taxe municipale et la taxe à titre de contribution au profit de l'établissement de la radio et de la télévision tunisienne (ERTT) de la facture de le la société tunisienne de l'électricité et du gaz (STEG).

reprise de la retransmission tv

Publié le 15/04/2012 à 22:05 par observatoire-medias-tunisiens
Reprise de la retransmission sur Nilesat

L’Office national de télédiffusion (ONT) a annoncé dans un communiqué rendu public hier la reprise de la retransmission des émissions de la chaîne nationale 1 sur Nilesat à 7h52 mn après environ 20 heures d’interruption due à un brouillage au centre de retransmission sis au Caire d’un bouquet comportant 12 autres chaînes arabes.
Le même communiqué dont l’Agence TAP a reçu une copie ajoute que ce brouillage est externe et indépendant de la volonté de l’ONT et précise que la télévision tunisienne en tant que producteur de signaux effectue un transfert de signaux de transmission à l’ONT à travers des fibres optiques qui sont retransmises en seconde étape à la station terrestre de Dkhila relevant du fournisseur Arabsat. Ce dernier réalise à son tour l’intégration de ces signaux dans un bouquet de programmes.
Ce bouquet qui comporte à la fois les chaînes nationales 1 et 2 passe par la station Nilesat où les signaux sont décryptés.
Cependant, le communiqué fait observer que la retransmission des émissions de la chaîne nationale 1 s’est poursuivie normalement sur les satellites Hotbird et Arabsat et au niveau de la diffusion analogique et numérique sur le réseau terrestre.


DERNIERS ARTICLES :
ANNONCE DE LANCEMENT DE TELVZA TV
Telvza TV, naissance d’un projet médiatique participatif 9 10/12/2013 14:07 L’équipe de Telvza TV a tenu une conférence de presse, le 10 décembre 2013, pour présenter les
ANNONCE DE LANCEMENT DE TELVZA TV
Telvza TV, naissance d’un projet médiatique participatif 9 10/12/2013 14:07 L’équipe de Telvza TV a tenu une conférence de presse, le 10 décembre 2013, pour présenter les
E SNJT CONDAMNE LE LIVRE NOIR
Le syndicat des journalistes condamne le ‘‘Livre noir’’ de la présidence 1 décembre 2013 à 12:48   // <!CDATA !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s
E SNJT CONDAMNE LE LIVRE NOIR
Le syndicat des journalistes condamne le ‘‘Livre noir’’ de la présidence 1 décembre 2013 à 12:48   // <!CDATA !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s
DEMISSIONS A TELVZA TV
 Démissions en cascade à la rédaction de Telvza TV 3 décembre 2013 à 11:26   // <!CDATA !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)0;if(!d.getElementByI